Membre du groupe Acadie Média|Jeudi 27 novembre 2014
Vous êtes ici: Accueil » Actualités » Péninsule: deux écoles fermeront cette année

Péninsule: deux écoles fermeront cette année 

00_amitie

TRACADIE-SHEILA – Les écoles Le Maillon de Saint-Léolin et L’Amitié de Rivière-du-Portage fermeront bientôt leurs portes.

Les élèves de l’école Le Maillon seront transférés dès septembre vers l’école Léandre-LeGresley de Grande-Anse, tout comme les élèves de l’école L’Amitié vers l’école La Villa des Amis de Tracadie Beach. De plus, les élèves de niveau primaire de Maisonnette fréquentant actuellement l’école Ola-Léger de Bertrand seront eux aussi transférés dès septembre à l’école Léandre-LeGresley de Grande-Anse.


Ces changements surviennent après que le ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance, Jody Carr, a accepté les recommandations du Conseil d’éducation du District scolaire 9  de la Péninsule acadienne (CÉD) concernant l’avenir de certaines écoles du district. Le CÉD a rendu publique cette décision lundi soir, sur le site web du District scolaire 9.

Joint par téléphone peu après la publication de l’annonce sur le web, le président du CÉD du District scolaire 9, Gérard Robichaud, souligne que les recommandations ont été faites dans le respect du processus de consultation prévu à cet effet.

Il assure que les commentaires émis par les parents et d’autres intervenants par le biais des mémoires ont été pris en compte. Il rappelle également que le ministre Jody Carr avait aussi embauché un consultant pour valider le processus et s’assurer de la viabilité des solutions déposées sur la table.

«Pour nous, c’était informer les parents qui primait. Nous avons la volonté d’offrir les meilleurs services aux élèves. Malheureusement, nous faisons face à un contexte démographique et économique difficile. Il nous fallait faire des choix, cela dans le meilleur respect possible des communautés», explique Gérard Robichaud.

M. Robichaud déclare que des rencontres auront lieu au cours des prochaines semaines avec les parents, notamment pour discuter des bâtiments scolaires qui seront bientôt vacants.

«Nous allons voir ce que nous pouvons faire avec les écoles vides. Peut-être y aura-t-il moyen de leur trouver des vocations qui seront utiles pour leurs communautés», suggère-t-il.

Gérard Robichaud a toutefois refusé de se prononcer sur l’avenir de l’école Ola-Léger, qui sera amputée d’une part importante de sa clientèle étudiante l’automne prochain.

Mélanie Hachey demeure à Saint-Léolin et est mère d’un enfant à besoins spécifiques qui fréquente depuis peu l’école Léandre-LeGresley de Grande-Anse. La dame a été très active dans le comité de sauvegarde de l’école Le Maillon l’an dernier. Aujourd’hui, elle reçoit la décision du ministre Jody Carr de manière assez positive, même si elle avoue du même élan être déçue de voir disparaître l’école de Saint-Léolin.

«Je trouve ça plate, c’est certain, mais au niveau éducatif, si les services s’en trouvent améliorés, je ne peux pas m’y opposer», soutient Mélanie Hachey.

Elle somme toutefois le ministre de réviser «sérieusement» le nombre d’enseignants-ressources par rapport au nombre d’élèves. Les compressions de la dernière année se sont faites au détriment des services aux élèves, selon elle.

«Il y a quelques années, il y avait peut-être 25 élèves, dont quatre avec des difficultés particulières. Aujourd’hui, on retrouve le même nombre d’élèves, mais 11 à besoins spécifiques. Un enseignant ressource pour 200 élèves, c’était peut-être viable il y a 10 ans, mais ça ne correspond plus à la réalité d’aujourd’hui», image Mélanie Hachey.

La mère de famille croit toutefois que le ministre envoie un bon signal en voulant regrouper les districts scolaires.

«L’an dernier, j’avais l’impression que le ministre voulait couper pour couper.
Maintenant, je sens qu’il va dans le bon sens. Je pense qu’il nous a écoutés. Par contre, il faudra que ces économies soient réinvesties dans les services aux élèves», prévient-elle.

Martin Roy
À propos de Martin Roy

Acadien par son grand-père paternel, Martin Roy est né et a grandi à Chicoutimi, au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Il est diplômé en Arts et technologie des médias, option Presse écrite, du cégep de Jonquière. Il est journaliste culturel et général et pupitreur Canada-Monde à l’Acadie Nouvelle depuis juin 2003. Il est aussi...
En savoir plus