Membre du groupe Acadie Média|Jeudi 2 octobre 2014
Vous êtes ici: Accueil » Actualités » Bertrand garde son école, mais perd la moitié de ses élèves

Bertrand garde son école, mais perd la moitié de ses élèves 

ecole_bertrand

BERTRAND – L’avenir de l’école Ola-Léger de Bertrand semble plus qu’incertain à plus ou moins long terme. Le ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance, Jody Carr, a pourtant décidé de garder l’école ouverte. Elle sera toutefois amputée de près de la moitié de ses élèves dès septembre. Une situation difficilement gérable à moyen et à long terme, selon la présidente du Comité parental d’appui à l’école (CPAÉ) de l’école Ola-Léger, Nathalie Haché Godin, qui accuse le gouvernement de faire pendre une épée de Damoclès sur la tête des parents.

La décision du ministre Jody Carr au sujet de l’avenir de certaines écoles du District scolaire 9 de la Péninsule acadienne a été rendue publique lundi soir sur le site web du district.

Essentiellement, le ministre a annoncé la fermeture en septembre des écoles Le Maillon de Saint-Léolin et L’Amitié de Rivière-du-Portage. Les élèves de la première école seront transférés vers l’école Léandre-LeGresley de Grande-Anse, tout comme les élèves demeurant à Maisonnette et fréquentant actuellement l’école Ola-Léger de Bertrand.

Les élèves de l’école L’Amitié prendront quant à eux le chemin de l’école La Villa des amis de Tracadie Beach, également en septembre.

Pour l’école Ola-Léger, la décision du ministre Jody Carr représente un dur coup, selon Nathalie Haché Godin. Cette année, l’école compte quelque 122 élèves. Avec le transfert des élèves de Maisonnette vers Grande-Anse en septembre, l’école Ola-Léger passera à 68 élèves, peut-être moins, prédit Mme Haché Godin.

«Je ne serais pas surprise que d’autres parents demandent le transfert de leurs élèves vers Grande-Anse en raison de la crainte de voir la mise en place de classes combinées», avance-t-elle au cours d’une entrevue avec l’Acadie Nouvelle.

Cette situation met en furie la présidente du CPAÉ de l’école de Bertrand. Nathalie Haché Godin a le sentiment que le gouvernement provincial n’a absolument rien entendu des doléances des parents au cours des derniers mois.

«En juin, quand le ministre (Jody Carr) a annoncé qu’il arrêtait tout le processus de restructuration des écoles, nous avions le sentiment qu’il allait recommencer le tout à neuf. Au cours des mois suivants, nous avons rencontré le consultant qu’il avait mandaté pour ce faire. Nous lui avons tout exposé notre point de vue sur notre volonté de garder notre école ouverte. Et pourtant, ce que je vois, c’est comme si la décision était déjà prise et qu’il n’y avait déjà plus rien à faire. Ça ressemble à de la dictature. C’est un vrai cauchemar», peste la présidente du CPAÉ.

Nathalie Haché Godin craint qu’avec la diminution importante d’élèves prévue en septembre, les dirigeants de l’école n’aient plus les coudées franches pour réclamer de l’aide pour les services aux élèves ou pour les infrastructures.

«Nous courons à notre perte. Si une tuile ou un autre bris important venait à survenir dans l’école et que cela mettait en danger la sécurité de nos enfants, que pourrions-nous faire? Le gouvernement nous laisse cinq ans dans l’incertitude, avec cette épée de Damoclès au-dessus de la tête. Je ne sais pas si nous serons capables de tenir jusque-là. On me reproche parfois de trop croire en mon école. Oui, j’y crois, parce que je demeure convaincue qu’elle est encore utile pour la communauté», signale Mme Haché Godin.

La présidente entend donc continuer à maintenir la lutte pour la sauvegarde de l’école.

Le CPAÉ doit rencontrer des responsables de l’administration municipale de Bertrand, qui appuient les revendications du CPAÉ et du comité de sauvegarde de l’école depuis le début, tient-elle à souligner au passage.

D’autres rencontres avec les parents et le conseil du CPAÉ sont également au programme prochainement afin de décider des prochaines étapes à franchir.

Martin Roy
À propos de Martin Roy

Acadien par son grand-père paternel, Martin Roy est né et a grandi à Chicoutimi, au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Il est diplômé en Arts et technologie des médias, option Presse écrite, du cégep de Jonquière. Il est journaliste culturel et général et pupitreur Canada-Monde à l’Acadie Nouvelle depuis juin 2003. Il est aussi...
En savoir plus