Membre du groupe Acadie Média|Vendredi 25 avril 2014
Vous êtes ici: Accueil » Actualités » Jason Guerrette est de nouveau en danger

Jason Guerrette est de nouveau en danger 

06a_jasonguerrette

FRELIGHSBURG – Jason se retrouvera une fois de plus en danger dimanche. Jean-Marc, quant à lui, s’en tire avec une prestation presque parfaite.

La quotidienne de Star Académie diffusée mardi soir nous a de nouveau montré les gars en pleine évaluation. Jean-Marc Couture, de Val-d’Amour, y a été d’une prestation sur la pièce bluesée Si tu m’aimes encore, de Nino Ferrer. Sa performance a pratiquement jeté les juges à terre, particulièrement Patrick Huard.

«C’était hot, vraiment très bon!», dira le professeur d’interprétation, avouant au passage avoir été agréablement surpris de la prestation.

Les juges seront toutefois plus ténus dans leurs commentaires pour Jason Guerrette, de Sainte-Anne-de-Madawaska. L’académicien a interprété une pièce qui fait beaucoup jaser hors des murs de l’Académie ces jours-ci: L’hymne à l’amour, de la grande «Môme», Édith Piaf.

Patrick Huard se montre enthousiaste après les dernières notes de Jason au micro: «Je suis très content. Je voulais que ta voix soit au service de tes émotions, de ce que tu as à dire et je sens qu’on en est là».

Ce que l’émission de mardi ne nous montre toutefois pas, ce sont les commentaires des deux autres juges, Michel Rivard et Gregory Charles, néanmoins disponibles sur le site web de Star Académie. Essentiellement, le premier confiera à Jason avoir beaucoup aimé les sourires qu’il a mis dans la pièce, sourires qu’il n’avait jamais entendus ni dans l’original de Piaf, ni dans la version de Gerry Boulet. Toutefois, il notera que le jeune Acadien a ouvert la valve un petit peu trop vite.

Gregory Charles, tout en endossant les propos de son collègue, admet qu’il y a un mais. Il souligne entre autres des changements de variations (volontaires, avouera Jason) dans lesquels il a un «peu moins embarqué».

En entrevue après l’évaluation, Jason confie que Star Académie lui donne la chance d’aller dans des zones qu’il n’avait encore jamais explorées.

«Je pensais que je me connaissais sur les plans vocal et artistique, mais je me rends compte qu’il y avait plein de facettes de moi-même que j’avais refoulées et que je suis en train de redécouvrir», exprimera l’Acadien.

Les deux autres candidats en danger sont Olivier et Bryan.

L’évaluation des gars et la mise en danger de trois d’entre eux coïncidaient avec l’arrivée de Ginette Reno à l’Académie. La grande dame de la chanson avait manifesté son désir de passer du temps à l’Académie et d’y dormir. Aussitôt arrivée, la sympathique chanteuse a pris ses aises, rigolant avec les académiciens, pratiquement comme si elle était l’une des leurs. Pourtant, ceux-ci se pinçaient tous, surtout les filles, car la chanteuse partageait leur chambre!

Pour jouer le jeu jusqu’au bout, Ginette Reno s’est même permis sa propre minute d’appel par Skype avec son fils Pascallin. Elle était accompagnée pour l’occasion des académiciennes, qu’elle a présentées à son fils comme «les cinq plus belles filles au monde». Ginette a également demandé à son petit Jésus, son fox-terrier, de se montrer la binette à la caméra. Ce que le petit chien fit sans se faire prier, au grand plaisir des cinq demoiselles!

Martin Roy
À propos de Martin Roy

Acadien par son grand-père paternel, Martin Roy est né et a grandi à Chicoutimi, au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Il est diplômé en Arts et technologie des médias, option Presse écrite, du cégep de Jonquière. Il est journaliste culturel et général et pupitreur Canada-Monde à l’Acadie Nouvelle depuis juin 2003. Il est aussi...
En savoir plus