Le N.-B. ne modifiera pas le salaire minimum pour les travailleurs à pourboire

FREDERICTON – Le gouvernement du Nouveau-Brunswick rejette l’idée d’implanter un taux de salaire minimum plus bas pour les travailleurs à pourboire.

Le salaire minimum au Nouveau-Brunswick est de 9,50 $ l’heure. Il devait passer à 10 $ l’heure en septembre 2011. La hausse avait été repoussée de six mois, en avril 2012, afin de donner un répit aux petites et moyennes entreprises. Le gouvernement voulait aussi profiter du délai pour réfléchir à l’implantation d’un salaire minimum à deux niveaux.

Après avoir étudié pendant des mois l’idée d’implanter un taux inférieur pour ces travailleurs à pourboire, la ministre du Travail, Martine Coulombe, a indiqué mercredi que la province n’ira pas de l’avant.

«Nous avons décidé d’opter pour le statu quo, a déclaré Mme Coulombe à La Presse Canadienne. Nous sentons qu’un seul taux de salaire minimum pour tous est le bon standard pour notre province.

À la fin de l’an dernier, le gouvernement avait mené une consultation via Internet afin de sonder l’opinion publique sur cette question. Le gouvernement a indiqué que 65 % des 2077 participants étaient contre cette mesure.

L’Association canadienne de la restauration, qui avait milité pour la création d’un salaire minimum plus bas pour les travailleurs à pourboire, est déconcertée par la décision gouvernementale.

«J’avais espoir que le Nouveau-Brunswick puisse être un véritable chef de file, a partgé le le vice-président atlantique de l’association, Luc Erjavec, dans une interview accordée à partir de St. John’s, Terre-Neuve-et-Labrador.

«Pour être francs, nous sommes très déçus. Ce n’est pas la direction que privilégient d’autres provinces canadiennes», ajoute-t-il.

M. Erjavec explique que le Nouveau-Brunswick aurait avantage à adopter le modèle ontarien, où les employés des établissements qui servent de l’alcool (et plus susceptibles d’avoir des pourboires généreux) sont payés un salaire minimum moins élevé.

Il n’est pas non plus impressionné par le sondage web du gouvernement du Nouveau-Brunswick. Il croit qu’un tel sondage n’est pas scientifique, peut être facilement manipulé et n’a aucune crédibilité.

Outre l’Ontario, le Québec, l’Alberta et la Colombie-Britannique ont aussi un taux de salaire minimum différent pour les employés à pourboire.