Caisses populaires: d’autres fermetures dans la Péninsule

CARAQUET – La Fédération des Caisses populaires acadiennes poursuit sa réorganisation alors que trois autres centres de services seront fermés à la fin d’avril, soit ceux de Pont-Landry, de Saint-Sauveur et de Sainte-Rose.

C’est ce qu’affirme, dans une lettre envoyée aux membres et datée du 12 mars, la Caisse populaire le Lien des deux Rivières, par le biais du président du conseil d’administration, Philippe Ferguson.

À ces trois fermetures s’ajoutent celles annoncées à la fin février des centres de Bertrand, de Maisonnette et de Saint-Simon qui, incidemment, auront lieu le même jour, soit le 27 avril.

La Caisse populaire le Lien des deux Rivières attribue la fermeture éventuelle de ces trois centres de services à un ensemble de facteurs, «notamment l’achalandage, la rentabilité, l’efficacité et les nouvelles règles des marchés financiers».

Le président Ferguson poursuit en disant que «l’utilisation accrue des nouvelles technologies, l’accès à un plus grand nombre de concurrents et l’exode rural ont un impact direct sur l’achalandage».

Les membres des trois centres de services visés par les fermetures sont conviés à des rencontres d’information les 26 (Sainte-Rose), 27 (Saint-Sauveur) et 28 (Pont-Landry) mars.

À quelques mots près, la lettre envoyée en début de semaine aux membres des centres de services de la Caisse le Lien des deux Rivières est exactement la même que celle qu’ont reçue les membres de la Caisse populaire Acadie, à la fin février.

En décembre 1997, l’Acadie du Nouveau-Brunswick comptait 85 caisses populaires dans 88 centres de services.

Dix ans plus tard, une série de fusions avait fait passer le nombre d’établissements indépendants à 34 avec 86 lieux d’affaires.

En février 2012, la province ne comprend plus que 15 caisses populaires, le nombre de centres de services étant lui aussi en forte décroissance.

Dans une entrevue accordée au journal à la fin février, le conseiller en communications et relations publiques de la Fédération des Caisses populaires acadiennes, Mario Griffin, a affirmé que pas moins de 20 centres de services faisaient face à une fermeture éventuelle.