Les 30 Acadiens les plus influents

 NDLR: Pour une deuxième année, l’Acadie Nouvelle vous présente son palmarès des personnalités acadiennes qui ont façonné l’année qui s’achève au Nouveau-Brunswick et qui ont joué un rôle déterminant dans leur secteur d’activité. L’exercice est subjectif, mais les choix ont été faits à partir de différends critères, qui tiennent compte, par exemple, du rayonnement et de l’importance des actions posées et des décisions prises par ces personnalités.

1. Gaëtan Thomas
PDG d’Énergie NB
Originaire de Tilley Road, près de Tracadie-Sheila, cet ingénieur mécanique, qui a gravi les échelons jusqu’au sommet de la plus importante société d’État du Nouveau-Brunswick, a connu une année pleine de rebondissements. Après maintes péripéties et un investissement de 2,4 milliards $ (un milliard de plus que prévu), son dossier principal a abouti en novembre avec la remise en service de la centrale de Pointe Lepreau. Le nouveau chapitre de cette saga, à savoir qui paiera le milliard de dollars supplémentaire en énergie de remplacement, se jouera dans l’arène politique. M. Thomas ne chômera pas pour autant en 2013. D’importants défis demeurent, dont celui de retrancher 1 milliard $ en 10 ans à la dette de la société (qui atteint 4,5 milliards $), en exerçant un meilleur contrôle sur les dépenses (la rationalisation des effectifs est déjà entamée) et en maximisant les possibilités de revenus. Il a donné un avant-goût des changements auxquels peuvent s’attendre les consommateurs avec l’arrivée progressive d’un réseau qui doit permettre de réduire la consommation et de déplacer la demande en électricité.

2. Denis Losier
PDG d’Assomption-Vie
Il prendra sa retraite le 1er septembre 2013, mais, fort heureusement, il continuera à apporter sa contribution à la communauté acadienne de différentes façons. Le pdg d’Assomption Vie a connu une brillante carrière comme politicien, puis comme dirigeant de l’une des deux plus grandes institutions financières acadiennes. Il quittera une compagnie en excellente santé. L’entreprise de Moncton s’est classée au 17e rang au palmarès des meilleures entreprises du Canada atlantique. En février, selon la Queen’s University School of Business, Assomption Vie figurait en 21e position au palmarès des employeurs de choix au Canada pour les petites et moyennes organisations. Pour une 13e année consécutive, l’entreprise a reçu une excellente note de l’agence de notation A.M. Best. L’influence de M. Losier a agi sur plusieurs fronts en 2012. Nous retiendrons surtout la campagne qu’il a mené – avec succès – pour faire taire ceux qui dénigraient le bilinguisme officiel et la dualité dans les journaux anglophones en déformant la réalité. Denis Losier entend profiter de son temps libre pour s’attaquer à une autre cause qui lui tient à coeur: l’accessibilité aux études postsecondaires.

3. Paul Robichaud
vice-premier ministre du Nouveau-Brunswick
On s’attendait à de grandes choses au cours de l’année qui s’achève du ministre francophone le plus influent du cabinet de David Alward. Après tout, il avait en poche quelque 200 millions $ pour le Plan de développement du Nord. Nous sommes demeurés sur notre appétit. Nous ne sommes pas les seuls. Des entrepreneurs du nord de la province ont aussi critiqué la lenteur de la mise en oeuvre du plan, lancé en octobre 2011. Le ministre nous a répondu que 35,3 millions $ ont été distribués et que 695 nouveaux emplois ont été créés. Il affirme avoir bon espoir que tout l’argent disponible sera investi avant la fin de son mandat, en 2014. Comme ministre du Développement économique, son étoile a pâli en raison des mauvaises nouvelles sur le taux de chômage et sur la situation financière de la province. Espérons, pour lui comme pour nous, que sa prochaine année sera plus prolifique.

4. Bernard Valcourt
ministre fédéral
Le député de Madawaska-Restigouche en a fait du millage en 2012! Il était partout, on l’a vu partout. Comme seul représentant du Nord dans le cabinet Harper, il a participé à de nombreuses annonces de financement dans la province. Comme ministre responsable de la Francophonie, il a parcouru le pays et la planète, faisant escale en France, au Congo, en Côte d’Ivoire, et en Haïti, notamment. M. Valcourt est un atout de taille pour les contribuable de sa région, mais son appui à la controversée réforme de l’assurance-emploi lui fera perdre des appuis, comme ce fut le cas lors de son premier passage à Ottawa.

5. Camille Thériault
PDG des Caisses populaires acadiennes
À la tête d’une institution qui mise maintenant sur un actif de plus de 3 milliards $, la grande réussite de Camille Thériault en 2012 aura été d’avoir poursuivi, sans trop de heurts, la restructuration du réseau des Caisses populaires acadiennes, une réforme rendue nécessaire par la concurrence et le ralentissement économique. Encouragés par la haute direction, les conseils d’administration des caisses ont accepté de fermer une vingtaine de centres de services en 2012. Les derniers résultats financiers (un profit de 37,4 millions $) leur donnent de bons arguments. Le virage se poursuivra en 2013 avec l’ouverture de quatre centres de financement destinés spécifiquement aux entreprises.

6. Brian Gallant
chef du Parti libéral du Nouveau-Brunswick
Dynamique et charismatique, ce jeune militant a été élu à la chefferie de son parti après une (trop) longue campagne, qui a laissé quelques séquelles au sein de la grande famille libérale, et ce, même si ses deux adversaires, Michael Murphy et Nick Duivenvoorden, se sont rangés derrière lui dès l’annonce des résultats. Il devra maintenant réparer les pots cassés et, surtout, démontrer aux électeurs que derrière cet image de jeune premier se cache un premier ministre en devenir. Pour ce faire, il devra remporter le plus rapidement possible une élection complémentaire pour débattre de ses idées et de sa vision à l’Assemblée législative.

7. Hubert Dupuis
président d’Égalité santé en français
Il s’est fait connaître en exigeant du gouvernement provincial une régie de la santé entièrement francophone et en menant tambour battant une mobilisation pour conserver les droits et les acquis des Acadiens en matière de santé. En 2012, lui et son groupe auront réussi à faire passer la lutte à un autre niveau, celui du développement, en obtenant du ministre de la Santé un plan de rattrapage historique. Le plan aura un budget modeste (9 millions $ sur cinq ans), mais sa grande valeur se situe au niveau de la reconnaissance des besoins et des écarts existants, et de la volonté exprimée d’assurer à l’avenir une distribution équitable des services de santé dans la province.

8. ClauDe Williams
ministre provincial des Transports et député de Kent-Sud
Les citoyens de sa région attendent depuis 30 ans l’élargissement à quatre voies de la route 11 entre Miramichi et Shediac, mais ce fut encore une fois partie remise en 2012. Ce sont plutôt les industries de la région de Saint-Jean qui se sont réjouies cette année de l’élargissement à quatre voie de l’autoroute 1 jusqu’à la frontière américaine, un projet de 540 millions $. Le prochain grand chantier sera l’élargissement de la route 11, a promis le ministre. Mais les coffres de la province sont vides et il n’y a toujours pas de nouvelles ententes sur le financement des autoroutes avec le fédéral. Donc, vaut mieux ne pas retenir notre souffle.

9. Yvon Godin
député fédéral d’Acadie-Bathurst
Sans délaisser la question, il avait été plutôt discret ces derniers temps sur l’assurance-emploi, son principal cheval de bataille, portant son attention sur la nomination des juges de la Cour suprême. Mais la réforme annoncée par la ministre Diane Finley au printemps a tout changé. Il est de retour dans les manifestations et sur toutes les tribunes. Il est dans son élément, sur le terrain, là où sa voix porte le plus et fait écho aux doléances de ceux qui ne réussissent pas toujours à se faire entendre.

10. Yvon Lapierre
maire de Dieppe
L’impressionnante croissance économique et démographique de la plus grande ville acadienne s’est poursuivie en 2012, ce qui apporte son lot d’avantages, mais aussi de défis. À l’automne, le maire Lapierre, qui effectue un retour au conseil municipal, a rendu public le Plan stratégique 2013-2016 de la municipalité qui entend faire la «promotion de la francophonie, de la culture acadienne et du patrimoine». Les grands projets ne manquent pas. Dieppe veut densifier son centre-ville, améliorer le transport en commun et la circulation et même élargir son territoire.

11. Dominic LeBlanc
député fédéral de Beauséjour
Pressenti comme candidat à la direction du Parti libéral du Canada, Dominic LeBlanc s’est encore désisté, cette fois à la faveur de son collègue et grand ami Justin Trudeau, pour qui il agira à titre de directeur de campagne pour l’Atlantique. M. LeBlanc a également appuyé Brian Gallant, qui a remporté l’investiture du Parti libéral du Nouveau-Brunswick. Au cours de l’année qui s’achève, le député de Beauséjour se sera également fait remarquer par son implication dans le dénouement de la crise du homard, qui a secoué le Sud-Est cet été.

12. Victor Boudreau
député provincial et chef de l’opposition par intérim
Son expérience a bien servi sa formation politique, qui n’a pas trop souffert d’une longue campagne à la chefferie qui n’a pas toujours été de tout repos. M. Boudreau n’a pas réinventé la roue depuis le début de son intérim, mais il a été d’une efficacité tranquille. Certaines positions ambiguës (sur le gaz de schiste, par exemple) n’ont pas aidé la cause de son parti, mais celui-ci se retrouve quand même dans une position favorable dans les sondages. Et pour les stratèges, c’est tout ce qui compte.

13. Daniel Allain
président et chef de la direction d’Alcool NB
Les ventes continuent de diminuer chez Alcool NB, mais les bénéfices sont à la hausse. Mais pour combien de temps encore? On ne pourra pas toujours augmenter les marges bénéficiaires sur les produits vendus. Déjà que les consommateurs néo-brunswickois se ruent dans les magasins situés à la frontière québécoise, où les prix sont meilleurs. Après avoir flirté avec l’idée de privatiser en tout ou en partie cette société de la Couronne, l’idée semble avoir été abandonnée pour de bon.

14. Jean-Marie Nadeau
président de la SANB
L’année qui s’achève n’a pas été de tout repos pour ce farouche militant acadien. Il a remporté une campagne à la présidence de la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick plus disputée qu’à l’habitude. Des coups de griffes ont laissé des traces. On lui reproche notamment son bon-ententisme avec le gouvernement Alward, qui est à préparer la révision de la Loi sur les langues officielles. En fin d’année, il a dû calmer une contestation à l’intérieur des rangs de son organisme, menée par un dirigeant d’une section locale. Cela ne l’a pas empêché de participer à plusieurs luttes, dont certaines, comme le plan de rattrapage en santé, ont abouti cette année.

15. Francis Sonier
éditeur-directeur général du groupe Acadie Média
En voilà un autre qui a connu une année fort chargée. Il a pris une décision audacieuse en cédant l’impression et la distribution de l’Acadie Nouvelle à son principal concurrent, Brunswick News, ce qui n’a pas plu à l’ensemble de ses lecteurs. Le jeu en vaut la chandelle, selon lui, puisqu’il a permis à la compagnie de consolider ses finances et de réinvestir dans la salle des nouvelles. Des investissements qui semblent rapporter, puisque les abonnements sont à la hausse comparativement à la même période l’an dernier.

16. Jacques Dubé
directeur général de la Ville de Moncton
Il administre une ville en perpétuelle croissance, où tout est possible et à qui tout semble réussir. Des mégaspectacles, des championnats du monde, des matchs de la LCF, Moncton est devenue le carrefour des grands événements en Atlantique. En 2013, le budget de fonctionnement de la plus grande municipalité du Sud-Est sera de 138,8 millions $.

17. Michel Doucet
directeur de l’Observatoire international des droits linguistiques et juriste
L’un des principaux chiens de garde du fait français et de la cause francophone en Acadie. Ses interventions sur l’affichage public et contre les détracteurs du bilinguisme institutionnel ont nourri les débats.

18. Michel Cormier
directeur de l’information de Radio-Canada
Sa présence dans la grande tour à Montréal n’est pas une garantie d’une plus grande présence des actualités acadiennes au Téléjournal, mais l’embauche d’un journaliste pour couvrir la région atlantique est un pas dans la bonne direction.

19. Jean-Claude Savoie
président du conseil de direction de Groupe Savoie
Il a réussi à tenir le fort et même à développer de nouveaux marchés pendant la crise qui a secoué l’industrie forestière. Son entreprise est en excellente position pour profiter pleinement de la relance qui se pointe.

20. Lisa LeBlanc
auteure-compositeure-interprète
Elle est passée de l’anonymat, ou presque, au rang de vedette. Elle a débarqué sur la scène musicale avec ses gros sabots, ses sacres pis son chiac, ce qui n’a pas plu à tout le monde. Mais sa musique enivrante et ses paroles coup de poing, qui frappent jusqu’au coeur, ont tôt fait de lui rallier une légion d’admirateurs. Avec plus de 50 000 albums vendus, son succès se fiche bien qu’on l’aime ou pas.

21. Carol Doucet
relationniste et agente d’artistes
Il y a beaucoup d’elle dans le succès phénoménal de Lisa LeBlanc. C’est elle, d’une certaine façon, qui l’a mise au monde, qui l’a fait connaître au delà des concours et des festivals. La chanteuse lui a d’ailleurs rendu un hommage bien senti lorsqu’elle a accepté son Félix de la Découverte de l’année de l’Adisq devant plus d’un million de téléspectateurs.

22. Cyrille Simard
maire d’Edmundston
Dynamique, il utilise les nouvelles technologies pour diffuser les informations de la municipalité. Il avait promis plus de transparence à l’hôtel de ville avant son élection et il tient parole jusqu’ici.

23. Anne Hébert
directrice générale du CÉNB
Le conseil économique a pris position plus souvent qu’à l’habitude en 2012 sur les grands enjeux économiques et sociaux. Du déficit budgétaire jusqu’à la réforme de l’assurance-emploi. Une bonne habitude à garder en 2013.

24. Madeleine Dubé
ministre provincial
Elle est passée du ministère de la Santé à celui du Développement social. Ce n’est pas ce qu’on appelle une promotion. Malgré tout, elle demeure une députée efficace et appréciée et une ministre intègre.

25. Donald J. Savoie
titulaire de la Chaire de recherche du Canada en administration publique et en gouvernance à l’Université de Moncton
Brillant analyste, son opinion est toujours la bienvenue dans les débats, même si elle ne fait pas toujours l’unanimité, comme son appui au développement du gaz de schiste.

26. Denis Larocque
chef de la direction financière chez Major Drilling Group International
Malgré le ralentissement économique mondial, la plus grande compagnie cotée en bourse dont le siège social est au Nouveau-Brunswick continue de tirer son épingle du jeu, avec des revenus record.

27. Joey Caissie
PDG du Réseau de santé Vitalité
Il gère plusieurs dossiers importants pour la communauté francophone, y compris la création d’un centre de santé du sein et l’ajout d’un nouveau bloc opératoire au Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont, à Moncton.

28. Liane Roy
PDG du CCNB
Le recrutement de nouveaux étudiants demeure le principal défi de la présidente du Collège communautaire du Nouveau-Brunswick. Même si certains programmes peinent à remplir les classes, dans son ensemble le réseau se tire plutôt bien d’affaire en calquant l’offre sur les besoins locaux en main-d’oeuvre.

29. Marie-Linda Lord
vice-rectrice aux affaires étudiantes et internationales à l’Université de Moncton et spécialiste des médias
Elle occupe un poste névralgique au sein de la plus importante institution acadienne et n’hésite pas à mettre son grain de sel dans les dossiers touchant à l’information en Acadie, son secteur de spécialisation.

30. Thomas Soucy
PDG du groupe Westco
L’année 2012 a été marquée par la fin de la guerre du poulet et l’ouverture d’un nouvel abattoir de poulets de 50 millions $ par le consortium Sunnymel, formé du groupe néo-brunswickois Westco et du transformateur québécois, Olymel. Cette usine procurera du travail à 250 personnes lorsqu’elle fonctionnera au maximum de sa capacité d’ici quelques semaines.