Membre du groupe Acadie Média|Dimanche 20 avril 2014
Vous êtes ici: Accueil » Actualités » Le NPD veut que les pêcheurs soient consultés

Le NPD veut que les pêcheurs soient consultés 

peche_01_0

OTTAWA – Les pétrolières ont été consultées, mais pas les pêcheurs, affirme le Nouveau Parti démocratique (NPD), alors que des changements à la loi sur les pêches sont envisagés par Ottawa.

Le NPD s’en est pris à nouveau, jeudi aux Communes, au ministre des Pêches et des Océans, Keith Ashfield, après avoir eu vent que le gouvernement envisageait d’éliminer ou de réduire certaines protections environnementales actuellement inclues dans la loi.

Affirmant au Parlement que la loi sur les pêches va beaucoup plus loin que nécessaire pour protéger les poissons et leurs habitats, le ministre Ashfield semblait ainsi signaler que le statu quo n’était pas une option.

Il a même déclaré que la loi pénalise indûment les Canadiens.

Il citait ainsi à l’appui le cas d’un fermier du Québec qui a reçu en 1993 une amende de 1000 $ pour avoir asséché son champ alors que quelques poissons s’y trouvaient malencontreusement. Selon ce qu’a rapporté le ministre, lors d’une inondation subséquente, ce même fermier avait dû obtenir un permis, sinon il se serait vu imposer une amende 100 000 $.

Le sujet a rebondi aux Communes cette semaine, notamment après que le Pacific Free Press ait publié les propos d’un ancien fonctionnaire du ministère qui sonnait l’alarme sur les intentions du gouvernement. Le sujet a aussi été traité cette semaine lors d’un comité des Communes sur les pêcheries.

Selon le NPD, les conservateurs veulent se débarrasser des règles environnementales pour faire adopter à toute vitesse leurs projets de pipelines et de superpétroliers.

M. Ashfield maintient toutefois qu’aucune décision n’a encore été prise par le gouvernement. Il est donc impossible de savoir quels changements sont pressentis.

Mais le député néo-démocrate de Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Philip Toone, déplore que les pêcheurs, dont c’est le gagne-pain, n’aient pas été consultés.

Le député craint aussi que les changements à la loi ne soient enterrés dans le prochain budget, qui sera dévoilé le 29 mars.