Ouverture de l’urgence à l’hôpital de Caraquet: tout sera prêt pour le 16 avril

CARAQUET – L’urgence de l’Hôpital de l’Enfant-Jésus de Caraquet rouvrira ses portes dans un mois. Bien qu’il y reste encore quelques travaux à peaufiner, la directrice de l’établissement, Judy Butler, assure que tout sera prêt à temps pour accueillir des patients nécessitant des soins rapides.

L’Acadie Nouvelle s’est rendu à l’hôpital de Caraquet pour constater l’avancée des travaux. Sur les lieux, nous avons pu observer que certaines zones mineures étaient toujours en cours de construction. Toutefois, plusieurs bureaux et commodités sont en place et déjà certains membres du personnel s’affairent dans cet espace peu encombré malgré les rénovations.

Sur place, Judy Butler nous reçoit avec un large sourire.

«Les travaux se déroulent à merveille! Nous n’accusons aucun retard. Vraiment, j’ai hâte de voir le service rouvrir ses portes», lâche-t-elle avec entrain, avant de sursauter devant sa déclaration.

«Je ne veux pas dire que j’ai hâte que les gens soient malades, ce n’est pas du tout ça! Mais je suis heureuse de constater que tout rentre dans l’ordre après sept ans de fermeture de l’arrêt d’ambulances», précise-t-elle.

Judy Butler dit avoir toujours cru en la possibilité de la réouverture de l’urgence à l’hôpital de Caraquet. Quand nous lui demandons si, à l’instar du Comité Action H, elle-même a été appelée à défendre le dossier avec une certaine vigueur, elle se dresse devant nous, soulignant qu’elle ne pouvait pas mener le même type de combat étant donné que le gouvernement est son employeur.

Par contre, elle et les autres membres de la direction de l’établissement ont eu l’occasion de faire quelques démonstrations auprès de Fredericton sur la possibilité de rouvrir le service, ce en quoi elle a toujours cru, affirme-t-elle.

«Nous ne pouvions pas mener une bataille aussi passionnelle que celle du Comité Action H. Il nous fallait des faits objectifs, afin que nous puissions négocier avec le gouvernement. À quelques reprises, nous lui avons présenté des chiffres qui prouvaient, selon nous, que l’arrêt d’ambulances pouvait toujours être viable. Les données parlaient d’elles-mêmes», signale Judy Butler.

Le Dr Gilbert Blanchard, chef d’équipe à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus de Caraquet et défenseur de la première heure de la cause de la réouverture de l’urgence, abonde dans le même sens. Selon lui, la rapidité des travaux et l’enthousiasme de ses collègues, laisse croire que le service sera pleinement fonctionnel.

«On s’attend à ce que ce soit semblable à avant 2005. Comme nous avons quelques nouveaux équipements technologiques, nous recevons un peu de formation ces temps-ci, mais tout le monde est prêt à mettre la main à la pâte», assure le Dr Gilbert Blanchard.

S’il y a un message que Judy Butler souhaiterait faire passer parallèlement à la réouverture prochaine de l’urgence à Caraquet, c’est le suivant: si une personne ressent un malaise et qu’elle croit que ce pourrait être urgent, surtout ne pas hésiter à composer le 911.

«Depuis que l’urgence est fermée à Caraquet, j’ai souvent l’impression que les gens malades n’appellent pas le 911 de peur de se retrouver dans un hôpital loin de leur milieu. Mais au-delà de ça, c’est très important de ne pas hésiter une seconde à faire appel aux soins de santé si quelque chose de grave ou d’inhabituel survient. Après ça, les travailleurs de la santé s’occuperont de vous au meilleur de leurs capacités, peu importe où vous serez soignés», insiste-t-elle.