Le défi de la Dictée de la Francophonie

MONCTON – Francophones de tous les horizons, jeunes et moins jeunes, ont mis à l’épreuve, vendredi, leurs connaissances de la langue de Molière lors de la Dictée de la Francophonie écrite et lue par la présidente de la Société nationale de l’Acadie, Françoise Enguehard.

Le texte original de Mme Enguehard intitulé Ode à la langue française est une mise en garde contre l’assimilation, et aux ravages culturels que peut causer celle-ci. Selon elle, le combat pour sauvegarder cette langue en vaut largement la peine, et ce, même si la lutte ne sera pas facile.

«Je vous le réitère et je vous mets en garde: quelle que soit votre détermination, la tâche est ardue. Elle requiert constance, entêtement et dévotion. La langue française vous le rendra, par contre, au centuple», a lu la présidente de la SNA.

Environ 35 francophiles ont participé à l’épreuve sur le Campus de Moncton de l’Université de Moncton. Certains avouent que la tâche n’a pas été de tout repos, mais que l’exercice a su être gratifiant.

«Personnellement j’ai eu du plaisir. C’est un beau texte inspirant. Il y a avait des défis. J’aime utiliser la langue comme outil d’expression et apprendre à mieux la connaître», a confié Justin Gauvin, un participant.

Les gens qui ont participé à la dictée seront évalués selon leur niveau, de junior à avancé. La Dictée de la Francophonie, qui en est à sa deuxième, est organisée par l’Alliance française de Moncton et récompensera deux participants par catégorie.

Les prix seront remis lors de la soirée-spectacle La Francophonie se raconte qui aura lieu à l’Empress de Moncton le jeudi 22 mars à 19 h 30.

Lors de l’événement organisé par le Centre d’accueil et d’accompagnement francophone des immigrants du Nouveau-Brunswick (CAFI) les spectateurs pourront entendre le maître de l’harmonica du Manitoba, Gérald Laroche, et la conteuse Joujou Turenne.