Accident mortel à Grand-Sault: Walmart écope d’une amende de 120 000 $

GRAND-SAULT – C’est une polisseuse achetée dans une vente-débarras par un employé qui est à l’origine de la mort par électrocution du jeune Patrick Desjardins, le 5 janvier 2011, dans le garage du magasin Walmart à Grand-Sault.

En Cour provinciale à Grand-Sault, mardi, la compagnie Walmart a écopé d’une amende de 120 000 $ pour avoir reconnu sa culpabilité à trois accusations de négligence à la Loi sur l’hygiène et la sécurité au travail en rapport avec la mort par électrocution de l’adolescent âgé de 17 ans de Drummond.

Une proposition conjointe a été conclue entre la Couronne et la défense. Par le fait même, le nombre d’accusations déposées contre la compagnie est passé de huit à trois.

La compagnie Walmart a été accusée par Travail sécuritaire NB d’avoir négligé d’inspecter, réparer ou maintenir dans une bonne condition une polisseuse ainsi que d’informer les employés des dangers de son utilisation.

Une accusation d’avoir négligé de s’assurer que cet équipement électrique était approprié à l’usage qu’on en faisait et qu’il était entretenu conformément aux spécifications du fabricant pour permettre l’utilisation d’une rallonge dans le garage du magasin a aussi été déposée.

Travail sécuritaire NB a aussi reproché à Walmart d’avoir eu recours à un appareil domestique et une rallonge inappropriée sans s’assurer de la sécurité des employés dans ce même garage à Grand-Sault.

Le jeune Patrick Desjardins, 17 ans, ne travaillait que depuis quelques mois à cet endroit lorsque l’incident s’est produit. Selon les faits relatés par la procureure de la Couronne, Me Karen Lee Lamrock, il était responsable de faire de petits travaux mécaniques, comme des changements d’huile et de pneus. Comme ses collègues, il devait aussi faire le nettoyage des lieux en fin de soirée.

Vers 20 h 30, le 5 janvier 2011, il a effectué le nettoyage avec une polisseuse. Selon les conclusions de l’enquête, il est mort électrocuté en utilisant l’appareil, branché dans une prise de courant de 110 volts, sur un plancher mouillé. C’est un collègue de travail qui l’a découvert quelques minutes plus tard et qui a joint les services d’urgence par l’entremise du 911.

L’enquête a permis de révéler que la polisseuse de marque Electrolux a été achetée dans une vente-débarras par un employé à qui Walmart a remboursé les frais d’acquisition. Elle était davantage d’usage domestique qu’industriel, a-t-on fait remarquer, et n’était pas un outil autorisé par Walmart pour être utilisé dans son garage.

Devant le tribunal, mardi, l’avocat représentant Walmart, Me Brad Proctor, a rappelé que la compagnie a collaboré avec les inspecteurs de Travail sécuritaire NB, en plus d’avoir fait sa propre enquête. Il a ajouté qu’elle a apporté des mesures correctives à la grandeur du pays depuis l’incident. 

Tous les appareils dans ses garages doivent maintenant être approuvés par la compagnie et ceux qui ne le sont pas ont été retirés. Les rallonges électriques ne sont plus utilisées dans ces endroits. La liste des vérifications quotidiennes a également été améliorée, a soutenu Me Proctor.

À la sortie du tribunal, mardi après-midi, Me Proctor a lu une déclaration comme quoi la sécurité au travail était prioritaire pour Walmart. La compagnie a réitéré ses condoléances envers la famille, ses amis et ses collègues de travail.