Membre du groupe Acadie Média|Vendredi 25 avril 2014
Vous êtes ici: Accueil » Actualités » Droits de scolarité: la FÉÉCUM invite au «Réveille»

Droits de scolarité: la FÉÉCUM invite au «Réveille» 

reveille

MONCTON – Alors que les étudiants du Québec descendent dans les rues pour défendre leurs droits de scolarité – les plus bas au Canada – ceux de l’Université de Moncton porteront un t-shirt sur lequel on pourra lire «Réveille», le 27 mars, jour du dépôt du budget provincial.

En moyenne, pour une année universitaire au Nouveau-Brunswick, un étudiant doit débourser 5853 $. Pour la même année, un étudiant d’une institution postsecondaire québécoise devra payer 2519 $. Les étudiants néo-brunswickois paient plus du double pour étudier, et ce, dans une province où le salaire moyen hebdomadaire est parmi les plus bas au Canada.

Joëlle Martin est la vice-présidente de la Fédération des étudiantes et étudiants du Centre universitaire de Moncton (FÉÉCUM) et présidente élue pour la prochaine année universitaire. Selon cette étudiante à la maîtrise en administration publique, la population néo-brunswickoise fait trop la sourde oreille quand vient le temps de parler d’éducation et de la réalité étudiante.

«Je comprends leur message (aux étudiants du Québec) et je comprends pourquoi ils le font. Ils font bien de le faire pour défendre leurs droits de scolarité les plus bas au Canada. Je pense que l’éducation est fondamentalement dans la culture québécoise. C’est malheureux, mais au Nouveau-Brunswick, ce n’est pas une des premières valeurs. Comment instaurer cette valeur quand les gens sont insensibles à l’éducation postsecondaire et à la réalité des étudiants?», explique Mme Martin.

Il n’est cependant pas trop tard pour réagir, d’après Mme Martin. C’est pourquoi la FÉÉCUM entamera une campagne de sensibilisation à la situation étudiante lors du prochain budget provincial, déposé le 27 mars. Il faut en quelque sorte réveiller la population étudiante selon celle qui est l’instigatrice de la campagne «Réveille».

«Les étudiants sont plus ou moins sensibilisés. C’est pour ça qu’on effectue la campagne du “Réveille”. C’est plutôt pour sensibiliser les étudiants et axer le message vers eux et moins vers le gouvernement. On ne veut pas aller lancer des bombes sur le gouvernement la journée du budget. La journée du budget, on veut que les étudiants portent le chandail pour créer une discussion autour du sujet», précise l’étudiante.

En offrant les chandails aux étudiants, la FÉÉCUM désire donner quelque chose de matériel en espérant le transformer en symbole. Passer du message à l’acte, ultimement, ce sera aux étudiants de décider de descendre dans les rues brandissant leurs pancartes ou se satisfaire de ce que le gouvernement propose.

«C’est de la sensibilisation pour ce qui s’en vient, et ce qui arrive, c’est le budget. Par rapport à ce qui sera annoncé au budget, ce sera aux étudiants de décider s’ils veulent vraiment manifester ou s’ils sont satisfaits avec ce qu’il aura été annoncé», lance Mme Martin.

Du gouvernement, la FÉÉCUM s’attend à ce que les sept recommandations en matière d’éducation émises par l’organisme étudiant en octobre 2011 soient considérées. Parmi ces recommandations, la fédération demande le retrait de la contribution parentale dans l’évaluation du prêt étudiant.

«C’est ce à quoi on s’attend et on ne s’attend pas à moins. Ce sont des recommandations qui sont raisonnables et réalisables. C’est ce qu’ils nous ont demandé et c’est ce qu’on a offert», déclare vigoureusement Mme Martin.

Alors, une grève à l’horizon? La FÉÉCUM devra se réunir après avoir analysé les détails du budget et adopter une position et ensuite orienter les mouvements étudiants.

Patrick Lacelle
À propos de Patrick Lacelle

Originaire du Québec, Patrick Lacelle a adopté l’Acadie en 1999. À Moncton, il y a terminé ses études secondaires pour ensuite obtenir un diplôme en Techniques de communication radiophonique du CCNB-Dieppe. Il a également obtenu le prix du directeur de la maison d’enseignement pour son implication et sa persévérance. Il...
En savoir plus