Circulation à Dieppe: conflit entre le maire et les députés

DIEPPE – Le maire de Dieppe, Jean LeBlanc, et le député provincial de Dieppe Centre-Lewisville, Roger Melanson, ne s’entendent pas sur la façon d’attaquer le problème de circulation à l’entrée de la municipalité sur le boulevard Harrisville.

Armée de plans et de rapports de firmes d’ingénierie, la cité acadienne propose d’élargir le boulevard Dieppe et la rue Champlain afin de créer des corridors réservés aux automobilistes qui désirent tourner à gauche ou à droite. Selon le maire de la municipalité, cela rendrait la circulation beaucoup plus fluide.

De plus, selon les plans provisoires présentés par la Ville à l’Acadie Nouvelle, une grande voie de contournement viendrait remplacer la bretelle d’accès sur la route 15 vers le boulevard Harrisville. Cette sortie d’autoroute est qualifiée de non sécuritaire puisqu’elle crée de longs embouteillages.

Par contre, d’après M. LeBlanc, il est hors de question, pour le moment, de remplacer ou d’élargir le viaduc du boulevard Harrisville. D’après le premier magistrat de la cité, une telle opération serait trop coûteuse et non nécessaire avant les 15 prochaines années.

La municipalité, il y a environ trois semaines, a présenté le projet aux députés libéraux de la région, Roger Melanson et Bernard LeBlanc. Mais voici que les deux politiciens ont publié un communiqué de presse jeudi demandant au gouvernement de David Alward de s’attaquer au problème du viaduc sur le boulevard Harrisville. Cela n’a pas plu au maire de Dieppe.

«Je suis extrêmement déçu. Je sens que nous sommes très mal représentés par ces députés actuellement. On a passé 45 minutes minimum, ou peut-être une heure, à leur présenter les plans qui ont été conçus (par des ingénieurs) et présentés au ministère des Transports. Ces plans offrent une solution aux problèmes de circulation et de sécurité routière. Dans ces plans, il n’y a aucune recommandation pour faire des changements au viaduc», fulmine vivement M. LeBlanc.

La Ville de Dieppe explose au niveau du développement économique et de sa population. C’est bien pourquoi, d’après M. Melanson, il vaut mieux prévenir que guérir en effectuant des travaux de réfection qui répondront aux besoins d’aujourd’hui et de demain.

«L’infrastructure, qui je pense date de 1977, est inadéquate pour le niveau de circulation d’aujourd’hui. Nous avons une infrastructure qui doit être mise à jour pour répondre aux besoins d’aujourd’hui, mais aussi du futur. Pourquoi? Parce que la croissance de Dieppe, on le sait tous, est flagrante», déclare le député de Dieppe Centre-Lewisville.

Selon M. Melanson, le gouvernement provincial doit aller de l’avant avec ce qui est proposé par la municipalité en plus d’élargir le viaduc. Le député donne en exemple les récents travaux sur le chemin Mapleton à Moncton où des voies réservées aux virages à gauche ont été ajoutées et la bretelle d’accès élargie.

Il s’agit d’une question d’argent pour le maire de Dieppe. Le projet du viaduc est simplement trop dispendieux alors qu’il n’est pas nécessaire, selon lui, dès aujourd’hui.

«C’est presque de l’incompétence parce qu’il parle d’un nouveau viaduc. On a précisément affirmé qu’on ne voulait pas un nouveau viaduc pour le moment. On fait tout pour ne pas le faire maintenant parce que c’est une grande dépense qui n’est pas nécessaire si on prend la peine de suivre les recommandations des ingénieurs qui sont les experts dans le domaine», s’exclame M. LeBlanc qui est aussi un ancien candidat conservateur au niveau fédéral.

À noter que pour l’instant, les projets entourant les boulevards Dieppe et Harrisville sont à la phase embryonnaire et font l’objet d’analyses au ministère des Transports et à la municipalité.