Le café Maelström ferme ses portes

MONCTON – L’aventure du café bistro Maelström est sur le point de se terminer.

Émilie Thériault et Marc Blanchard ont révélé la nouvelle à leurs clients sur la page Facebook de leur établissement.

«Nous avons décidé de fermer nos portes après presque huit ans d’exploitation. Nous avons décidé de changer de chemin et nous voulons d’autres défis», ont écrit les copropriétaires.

Sous le message, les commentaires de clients attristés, mais reconnaissants côtoient les mots d’encouragements à l’intention du couple.

Le restaurant de la rue Alma, à Moncton, fermera définitivement ses portes vendredi.

«Ça fonctionnait toujours bien, nous aurions pu continuer, mais nous étions mûrs pour un changement», a expliqué M. Blanchard lorsque joint par le journal.

«Nous avons encore la tête à la restauration, mais nous avons préféré arrêter tandis que nous sommes toujours heureux de faire ça tous les jours.»

«Nous étions beaucoup impliqués dans le restaurant au quotidien et nous voulions changer et vivre autre chose. Le métier de restaurateur, c’est éprouvant un peu, mais c’est très gratifiant», a-t-il dit

Le café bistro avait su se tailler une place de choix dans le cœur de ses nombreux habitués, comme le témoigne l’achalandage des derniers jours.

«Depuis que nous avons annoncé la fermeture, nous sommes toujours pleins. Il y a des gens qui venaient trois fois par semaine avant et qui viennent presque tous les jours depuis, et même deux fois par jour. Nous avons eu une clientèle incroyable en huit ans.»

Alors que la tendance est plutôt à l’exode vers les villes, le couple originaire de la Péninsule acadienne pense sérieusement à y retourner pour se rapprocher de leur famille et peut-être y démarrer un nouveau projet.

«Nous avons appris beaucoup de choses ici et nous aimerions peut-être faire autre chose avec l’expérience que nous avons acquise», a témoigné Marc Blanchard qui a grandi à Maisonnette près de Caraquet. Sa partenaire de vie et d’affaires, Émilie Thériault, vient quant à elle d’Anse-Bleue.

«Nous avons beaucoup aimé avoir notre propre entreprise alors nous allons peut-être nous démarrer autre chose. C’est vague pour le moment. Nous nous installons dans la Péninsule à l’automne, mais nous ne savons toujours pas ce que nous allons faire. Nous voulons prendre le temps de décrocher et de prendre du recul», a admis M. Blanchard.

D’ici là, l’établissement sera mis en vente et son acheteur pourrait conserver sa vocation. Pas question toutefois de voir le Maelström rouvrir grâce à de nouveaux propriétaires.

«C’était notre projet personnel. C’est à nous. Nous partons avec notre nom», a avisé Marc Blanchard.