Les étudiants des Maritimes sont moins nombreux à fréquenter les universités

DIEPPE – Les universités des provinces maritimes doivent de plus en plus se tourner vers le recrutement au niveau international alors que la population de cette région du Canada fréquente de moins en moins les institutions d’enseignement supérieur.

C’est le constat que fait la Commission de l’enseignement supérieur des provinces maritimes (CESPM) dans son rapport annuel rendu public plus tôt cette semaine.

«Les résidents des Maritimes constituent un groupe d’étudiants universitaires en décroissance. Le recrutement d’étudiants de l’extérieur des Maritimes au cours des dernières années a permis de compenser le déclin du nombre d’étudiants venant des Maritimes», a affirmé Mireille Duguay, directrice générale de la Commission.

Le déclin du nombre d’inscriptions au premier cycle dans la province d’origine s’est accéléré au cours des cinq dernières années, plus particulièrement au Nouveau-Brunswick (diminution de 12 %) et en Nouvelle-Écosse (diminution de 11 %). Il est demeuré relativement stable à l’Île-du-Prince-Édouard (augmentation de 3 %).

Il y a dix, les étudiants provenant de l’extérieur des provinces maritimes représentaient 10 % de la population étudiante. Aujourd’hui, cette statistique atteint plus de 30 %.

Au Nouveau-Brunswick, 67 % des étudiants inscrits à une ou l’autre des universités proviennent de cette province. Les étudiants internationaux représentaient 14 %, soit la plus grande proportion des provinces maritimes.

En fait, le nombre d’inscriptions dans les universités des Maritimes provenant de l’international a augmenté de 150 % depuis les 10 dernières années selon la CESPM.

Les universités des Maritimes ont aussi constaté une forte croissance du nombre d’inscriptions à la maîtrise et au doctorat. En effet, le nombre d’inscriptions aux programmes de cycles supérieurs dans les universités des Maritimes a progressé de 46 % au cours des dix dernières années.

Un peu plus de 23 500 étudiants ont fréquenté une université du Nouveau-Brunswick au cours de l’année universitaire 2010-2011. La majorité d’entre eux (18 924) étudiaient à temps plein en environ 2 600 étudiants évoluaient dans un programme à la maîtrise ou au doctorat.