La voie de contournement de Caraquet sur de bons rails

CARAQUET – La voie de contournement de Caraquet se prépare lentement mais sûrement, même si toutes les questions ne sont pas encore réglées.

«Cela fait longtemps qu’on l’attendait et c’est enclenché maintenant. Ça avance même très bien», se félicite le maire de Caraquet. Antoine Landry est optimiste. Il a pu rencontrer, cette semaine à Fredericton, le ministre des Transports Claude Williams qui l’a assuré de la bonne avancée du dossier.

«Le ministère attend de compléter les tests de sol. Sur le tracé provisoire, des déboisements ont été effectués pour permettre d’aller faire ces tests. Les résultats vont déterminer le tracé final.»

Ce dernier va dépendre de plusieurs facteurs. Si les zones humides ont été évitées au maximum, la route va devoir franchir tout de même divers ruisseaux. Il reste également à compléter l’étude environnementale pour aller de l’avant.

Le tracé définitif devrait, à peu de choses près, être calqué sur celui proposé en 2005 par Paul Robichaud, alors ministre des Transports sous le gouvernement Lord. Un tracé abandonné par la suite avant de faire enfin l’unanimité, l’été dernier, après bien des tergiversations, entre les maires de la Péninsule et le gouvernement Alward.

Cette nouvelle portion de la route 11, d’environ 12 kilomètres, devrait passer au sud du boulevard Saint-Pierre entre Bertrand et la rue du Portage à la sortie de Caraquet. «Environ 500 mètres au sud de la compagnie d’asphaltage», précise l’ingénieur municipal de Caraquet,  Daniel Chiasson.

Plusieurs centaines de propriétaires seront concernés par la construction de cette voie de contournement qui pourrait comporter un carrefour giratoire du côté de Bertrand. La solution, encore à l’étude, a déjà les faveurs du maire de Caraquet. «Je trouve ça très efficace et ça coûte beaucoup moins cher que de construire un viaduc.»

Son homologue de Bertrand, Yvon Godin, partage cet avis.

«On attend avec impatience de voir à quoi va ressembler ce carrefour giratoire, car des entreprises et des commerces sont intéressés pour s’installer aux alentours.»

La question de la troisième sortie, demandée par la municipalité de Caraquet, n’est toujours pas réglée.

«Le plan général prévoit seulement deux sorties, l’une vers le centre commercial dans le secteur de Pointe-Rocheuse et l’autre sur la rue du Portage», dit Antoine Landry. Il espère toujours qu’une troisième sortie permettra de desservir le centre-ville. L’opportunité de cet ajout sera évoquée entre le ministère et la municipalité quand le tracé définitif aura été validé.

Quant à la date d’achèvement des travaux, rien n’est encore vraiment acté. «Il faut compter au minimum cinq ans», évalue l’ingénieur municipal.

L’enveloppe financière dévolue au projet est-elle déjà partiellement arrêtée?

«Un montant de 32 millions $ sera investi au cours des trois prochaines années dans la construction de la voie de contournement de Caraquet. Le début des travaux de construction est prévu pour 2013», avait annoncé, le 14 décembre dernier, le ministre des Transports et de l’Infrastructure, Claude Williams.

Au total, d’après Antoine Landry, «on parle pour le moment de quelque chose entre 35 et 45 millions $ avec une participation de 15 millions $ du fédéral».