Arrêté sur les roulottes: Dieppe tente de calmer les opposants

DIEPPE – La proposition de règlement sur le stationnement des véhicules de plaisance et le matériel de construction provoque toujours la colère de certains propriétaires de Dieppe, au point où les élus municipaux promettent des modifications à l’arrêté.

L’audience publique sur la question a attiré plusieurs dizaines de citoyens mécontents, mardi soir, lors de la réunion ordinaire du conseil municipal de Dieppe.

La municipalité a annoncé en février son intention de modifier son arrêté de zonage afin de forcer les propriétaires d’autocaravanes, de roulottes et de bateaux à les garer à côté ou à l’arrière de leur résidence plutôt qu’à l’avant.

Les changements au règlement doivent améliorer la visibilité dans les rues et la sécurité des automobilistes, des cyclistes et des piétons.

Plus d’une cinquantaine de lettres d’opposition au projet qualifié de «stupide» à de nombreuses reprises ont été lues lors de l’audience publique.

Les opposants sont d’avis que la Ville de Dieppe porte atteinte à leur droit de posséder un véhicule de plaisance. Plusieurs ont souligné qu’ils n’avaient pas d’autres choix que de stationner leur roulotte à l’avant de leur résidence en raison de la dimension de leur terrain.

Bon nombre d’entre eux ont indiqué qu’ils quitteraient probablement Dieppe si le règlement était adopté tel que proposé en février.

D’autres ont affirmé que les conseillers municipaux en faveur de la proposition sur le stationnement pourraient provoquer le courroux des électeurs lors du scrutin du mois prochain.

Un résidant, Serge Duguay, a transmis au conseil municipal une pétition électronique signée par 135 concitoyens contrariés.

«Nous comprenons qu’il y a de l’abus par certains citoyens. Nous trouvons que l’arrêté va beaucoup trop loin. Le camping, le bateau et les véhicules tout-terrains sont tous des passe-temps importants pour nos familles. L’arrêté sur le stationnement va aussi décourager les citoyens de pratiquer leur loisir favori», a averti M. Duguay.

Le dénouement de cette histoire pourrait tout de même plaire aux propriétaires de véhicules récréatifs.

Avant même le début de la réunion, le maire Jean LeBlanc a indiqué que les plaintes des citoyens avaient été entendues et que des modifications seraient apportées à la proposition de règlement.

«Nous avons reçu plusieurs lettres d’opposition. Le personnel de la municipalité en a tenu compte et prépare déjà des modifications à l’arrêté. Les gens se sont exprimés, c’est bien et le personnel va en prendre note. Nous sommes à l’écoute et nous allons faire les changements adéquats», a mentionné le maire.

Au dire de M. LeBlanc, la dimension des véhicules assujettis au règlement ainsi que les distances incluses dans la proposition d’arrêté pourraient notamment être changées. L’objectif de la municipalité demeurera toutefois d’assurer la sécurité du public, a rappelé l’échevin.

Puisqu’une seule réunion ordinaire du conseil municipal est prévue avant les élections quadriennales du 14 mai, tout porte à croire que le sort du règlement est entre les mains du prochain conseil.

La proposition ne concerne pas les semi-remorques, les autobus, l’équipement lourd (excavatrice, rétrocaveuse) et l’équipement agricole dont la présence est déjà interdite sur les terrains résidentiels.