Raymond Théberge sera le prochain recteur

MONCTON – Il a été choisi et la décision a été unanime. Raymond Théberge est le prochain recteur et vice-chancelier de l’Université de Moncton.

C’est ce qu’a annoncé le président du Conseil des gouverneurs, André Richard, de l’université acadienne samedi après-midi dans une petite salle du pavillon Léopold-Taillon du Campus de Moncton.

Celui qui est actuellement sous-ministre adjoint à la Division de l’éducation en langue française au ministère de la Formation, des Collèges et Université de l’Ontario deviendra ainsi le 9e recteur de l’institution qui célébrera bientôt ses 50 ans.

Selon le président du Conseil des gouverneurs, M. Théberge a été choisi pour son impressionnante feuille de route, mais également pour l’accueil qu’il a reçu de la communauté universitaire acadienne.

«Nous avions deux très bons candidats. Dans un premier temps, le comité de sélection du recteur avait recommandé la nomination de M. Théberge au Conseil des gouverneurs. Évidemment, les membres du conseil ont accepté cette recommandation. D’autre part, M. Théberge avait reçu un appui important pour ne pas dire massif des différents intervenants du monde universitaire et des différentes composantes professoral et étudiantes», a souligné celui qui était aussi président du comité de sélection.

Originaire de Saint-Boniface au Manitoba, M. Théberge a une très bonne connaissance du dossier de la minorité francophone au Canada. Il s’agit là, selon M. Richard, d’une autre excellente raison pourquoi la candidature du Franco-manitobain a été choisie sur celle de Marie Josée Berger.

«Il a su démontrer une excellente compréhension du rôle important que joue l’Université de Moncton au sein de la collectivité acadienne du Nouveau-Brunswick et du rôle de l’institution dans l’ensemble de la Francophonie canadienne», a déclaré le président du Conseil des gouverneurs.

Par ailleurs, M. Théberge devra faire face à plusieurs grands défis à l’Université de Moncton, dont celui du déclin démographique de la population francophone dans la province. De plus, il devra remonter les difficultés financières auxquelles les universités doivent faire face.

«Les sous, ont en a besoin de plus en plus. D’ailleurs, on a dû avoir recours à une légère hausse des frais de scolarité cette année afin de boucler le budget. De plus les subventions gouvernementales, qui n’ont pas encore été annoncées officielle, mais il est clair qu’il semble avoir un ralentissement des investissements envers les universités», a avancé M. Richard.

M. Théberge entamera ses fonctions le 1er juin et participera à sa première réunion du Conseil des gouverneurs en tant que recteur et vice-chancelier de l’Université de Moncton le 2 juin au Campus de Shippagan.