Bureau des Ressources naturelles: Saint-Léonard contestera la décision

SAINT-LÉONARD – Des représentants de la Ville de Saint-Léonard, accompagnés d’intervenants régionaux, rencontreront le gouvernement provincial à Fredericton le 1er mai pour contester la fermeture prévue dans la localité du Bureau des Ressources naturelles.

Le mois dernier, le gouvernement du Nouveau-Brunswick a dévoilé son intention de fermer 11 bureaux de district ou régionaux au cours des deux prochaines années.

En milieu francophone, celui de Saint-Léonard est ciblé par ces réductions durant l’année financière 2012-2013, tandis que ceux de Kedgwick et de Boucher-Office, à Edmundston, doivent subir le même sort en 2013-2014.

Les rumeurs font état que le Bureau des Ressources naturelles à Saint-Léonard pourrait fermer dès la fin juin.

Ces bureaux servent notamment à la livraison des permis de chasse et de pêche, à la pesée des bêtes lors de la chasse ou encore à obtenir de l’information générale sur les ressources naturelles.

Les permis de chasse et de pêche sont par contre aussi disponibles dans les bureaux de Service NB.

Dans le cadre de cette restructuration, qui doit engendrer des économies annuelles de 1,5 million $, 11 des 28 bureaux du ministère passeront sous le couperet. Il n’en restera que 17 dans les quatre zones administratives.

Les agents des Ressources naturelles travailleront davantage dans des «bureaux mobiles». Le ministère soutient que le développement des nouvelles technologies a permis cette décision.

Selon le ministre Bruce Northrup, un projet-pilote a démontré que les agents ont passé en moyenne 18 % plus de temps sur le terrain en forêt ou près des cours d’eau après une transformation de leur véhicule en poste de travail mobile.

La Ville de Saint-Léonard conteste la décision. Le maire, Carmel Saint-Amand, fera partie de la délégation qui se rendra dans la capitale provinciale dans deux semaines.

Les rumeurs concernant la possible fermeture du Bureau des Ressources naturelles de Saint-Léonard ont émergé en 2011. La municipalité a dès lors exprimé son inquiétude.

«Nous allons définitivement nous en mêler pour tenter de faire annuler la décision. Il faut garder ce service dans notre communauté», a dit le maire Saint-Amand.

En plus de rapporter des revenus en taxation à la municipalité, il soutient que le bureau permet avant tout d’offrir des services à la communauté.

De passage à Fredericton, la municipalité tentera d’obtenir d’autres rencontres avec les autorités provinciales concernant divers dossiers en suspens dans la localité.