Membre du groupe Acadie Média|Jeudi 24 avril 2014
Vous êtes ici: Accueil » Actualités » De la moppe au top: un multimillionnaire de Grand-Sault se raconte

De la moppe au top: un multimillionnaire de Grand-Sault se raconte 

05a_millionnaire

FLORIDE – Millionnaire à 35 ans, Jean-Louis Couturier, natif de Grand-Sault, raconte son cheminement particulier dans le monde des affaires dans son récit autobiographique, De la moppe au top.

Son livre de 222 pages a récemment été publié aux éditions Un monde différent. À l’âge de 16 ans, M. Couturier a quitté la région de Grand-Sault pour aller suivre un cours en soudure à Moncton. Il n’est plus revenu s’y établir par la suite.

«Après mon cours en soudure, je me suis dirigé vers Toronto. Personne ne voulait m’embaucher parce que je n’avais pas d’expérience. En fait, je n’ai jamais eu la chance d’exercer ce métier. J’ai commencé à travailler comme superviseur pour une compagnie d’entretien d’édifices. J’ai gravi les échelons pour devenir directeur. Au milieu des années 1970, on m’a offert un gros salaire pour en devenir président, mais j’ai refusé», a-t-il raconté lors d’un entretien avec l’Acadie Nouvelle depuis son condo en Floride. Il possède aussi une propriété à Montréal.

Un nouveau défi l’a amené à effectuer la location des espaces commerciaux de la Place Ville-Marie, bâtiment considéré comme l’un des plus prestigieux édifices de Montréal à l’époque.

«J’ai demandé à mon employeur si je pouvais me démarrer une petite compagnie comme revenu d’appoint. Comme ce n’était pas dans le même secteur, il a accepté. J’ai déniché des contrats dans l’entretien d’édifices. Un an plus tard, alors que 65 personnes travaillaient pour moi, je lui ai remis ma démission pour me consacrer uniquement à ma compagnie», a-t-il mentionné.

La Place des Arts, le Château Frontenac ou encore la Place Laurier faisaient partie des clients de la compagnie Prestige. Les affaires allant bien, un investisseur de la France, qui oeuvrait dans le même domaine dans son pays, l’a approché pour acheter son entreprise.

«Je lui ai dit que je n’étais pas à vendre. Il a insisté en me disant que je devais sûrement avoir un chiffre en tête. J’ai fixé le prix à 1 million $. Il a accepté et on devait se revoir le lendemain. Après avoir bien réfléchi, je lui ai demandé 2 millions $ pour ma compagnie et il l’a achetée», a-t-il laissé entendre.

À partir de ce moment, Jean-Louis Couturier est devenu deux fois millionnaire. Après avoir délaissé le secteur de l’entretien d’édifices, il est devenu vice-président de la compagnie Peinture Nationale, qui avait des usines à Montréal, Québec, Shawinigan et Moncton.

Lorsque sa clause de non-concurrence avec l’homme d’affaires qui avait fait l’acquisition de son entreprise a pris fin, M. Couturier a à son tour acheté une compagnie oeuvrant dans ce même domaine. Elle portait un nom anglophone. Il l’a rebaptisée les Services d’entretien Distinction (S.E.D.). Sous sa tutelle, le nombre d’employés est passé de 100 à 250.

Puis en 1992, il a racheté son entreprise d’origine qu’il avait laissée filer par le passé.

«Je crois que cela a été le plus beau jour de ma vie d’homme d’affaires», a-t-il lancé.

Spécialisée dans la gestion d’immeubles et d’équipements, la compagnie n’a cessé de prendre de l’expansion. À la retraite depuis janvier 2012, M. Couturier a cédé la gestion de l’entreprise à son bras droit. Selon lui, le Groupe Distinction a un chiffre d’affaires annuel de 400 millions $ et embauche plus de 10 000 personnes au pays.

«Je ne suis plus impliqué dans les décisions d’affaires. Je surveille encore la compagnie, mais d’un peu plus loin qu’auparavant», a-t-il admis en ajoutant que la compagnie détenait des contrats pour environ 15 millions $ au Nouveau-Bruns­wick.

Gilles Duval
À propos de Gilles Duval

Originaire de Québec, Gilles Duval travaille pour l’Acadie Nouvelle depuis le lancement de la version provinciale du quotidien en septembre 1989. Diplômé de l’université Laval, il a fait ses premières armes en journalisme en 1988 pour le défunt hebdomadaire l’Express du Sud-Est, dans la région de Shédiac, Cap-Pelé, Dieppe et...
En savoir plus