Nord de Moncton: un projet de centre récréatif jugé trop modeste

MONCTON – La municipalité de Moncton veut offrir aux 17 000 résidants du secteur nord un centre récréatif unique en son genre dans l’est du Canada. Certains aspects du projet ne font cependant pas l’unanimité chez les citoyens.

Les résidants du quartier Evergreen ont eu un premier aperçu mercredi de ce dont pourrait avoir l’air leur nouveau centre récréatif.

Quatre-vingts citoyens de tous les âges se sont rendus à l’école primaire Evergreen Park pour entendre le consultant Jim Scott de la firme Collabplan leur présenter le résultat d’un remue-méninges auquel plusieurs d’entre eux ont participé l’an dernier.

De quatre emplacements possibles, la Ville de Moncton privilégie un site de neuf hectares (22 acres) avoisinant l’école Evergreen. Le site est idéal, selon la municipalité, puisque le centre pourra partager certaines installations avec l’école et que la moitié du terrain appartient déjà à la Ville.

Du mur d’escalade au planchodrome en passant par la piste de course et les trampolines, il y en aura pour tous les goûts, à l’intérieur de surcroit, a promis Jim Scott. Des salles multifonctionnelles et un café avec vue en hauteur sur chacune des installations sont aussi proposés.

À l’extérieur du centre, le comité municipal formé d’élus, d’employés et de citoyens a prévu un terrain de sport à usages multiples grand comme trois terrains de tennis. Le terrain qui pourrait se transformer en patinoire l’hiver devrait être recouvert d’un toit amovible. Un parc de jeux d’eau est aussi dans les plans pour les jeunes durant les chaudes journées d’été.

Plusieurs résidants ont félicité le comité et la municipalité mercredi soir pour leur travail, mais une majorité d’entre eux semblaient être demeurés sur leur appétit. Bien que le projet encore très préliminaire soit évalué à 6 ou 7 millions $, plusieurs citoyens en attendaient visiblement d’avantage.

Ils ont déploré qu’il n’y ait pas d’aréna et encore moins de piscine de taille raisonnable prévus dans le projet.

«Je pensais que ce projet devait servir à garder les gens dans le secteur. Nous devons conduire pour aller travailler la semaine et conduire encore le week-end pour aller porter les enfants à l’aréna, à la piscine et à la bibliothèque. J’ai peur qu’après la construction nous devrons encore conduire pour ça», a dénoncé un résidant sous le regard d’approbation de plusieurs autres.

«Nous comprenons votre point de vue et nous en reparlerons, mais il faut penser au coût aussi», a répondu aux citoyens le directeur des parcs et des loisirs de la municipalité, Rod Higgins.

L’employé de la Ville de Moncton a mentionné que l’ajout d’une piscine pourrait facilement faire doubler le coût du projet dont le financement est encore loin d’être assuré. Avant même le début de la présentation, l’un des conseillers municipaux du quartier, Brian Hicks, avait tenu à le rappeler à ses concitoyens.

«La Ville a mis de côté 2 millions $ dans son budget pour ce projet. Si vous connaissez personnellement vos députés provincial et fédéral, parlez-leur du centre, car nous allons avoir besoin de la participation de leur gouvernement», a constaté l’élu.

Le député progressiste-conservateur de la circonscription provinciale de Moncton-Crescent, John Betts, était de la partie, mercredi. Plutôt qu’une promesse de financement, M. Betts a rappelé son attachement au projet qui se trame depuis bien longtemps dans son quartier.

Aucune nouvelle rencontre avec le public n’est prévue pour le moment, mais la Ville de Moncton assure qu’il y en aura d’autres avant l’adoption d’un plan de construction.