Péninsule: les citoyens de 13 des 14 municipalités iront aux urnes

CARAQUET – Treize des quatorze municipalités de la Péninsule acadienne auront à élire un conseil municipal le 14 mai.

La plupart auront à élire tout leur conseil municipal, alors que dans d’autres municipalités, le maire sera élu par acclamation. Ce sera le cas à Bertrand, Bas-Caraquet, Tracadie-Sheila et Paquetville, avec comme particularité qu’il n’y aura pas d’élection à ce village, puisque le nombre de candidats ne dépasse pas la quantité de postes disponibles.

Parmi les endroits où le poste de maire est contesté se trouve Grande-Anse, où le maire sortant, Roméo Thériault, fera face à Yves Létourneau. À Maisonnette, un jeune homme de 18 ans, Jason Godin, tentera de succéder à Lucio Cordisco, qui a tiré sa révérence après un mandat. Il fera face à Sam Godin.

À Saint-Léolin, le maire Joseph Lanteige se mesurera à Mathieu Chayer, un jeune homme qui a porté les couleurs du Parti vert aux dernières élections provinciales. Saint-Isidore voit deux aspirants lorgner le poste de maire, en la personne de la maire sortante, Cécile Renaud, et d’Oscar Roussel, qui occupe le poste de conseiller municipal depuis 2008.

Du côté de Néguac, deux candidats tentent de remplacer Roger Ward, qui a décidé de tirer sa révérence après son élection par acclamation en 2008. Il s’agit du maire adjoint Émile Basque, et d’un ancien maire, Georges Rhéal Savoie.

Dans la grande région de Shippagan, Wilfred Roussel espère déloger le maire Ulysse Haché, à LeGoulet, alors que Tilmon Mallet fera face à André (Andy) Robichaud dans la lutte pour devenir maire de Shippagan.

À Lamèque, l’ancien maire Réginald Paulin y va d’une autre tentative pour déloger le maire Rénald Haché, alors qu’à Sainte-Marie-Saint-Raphaël, le maire Henri-Pierre Duguay tente de garder son poste face au conseiller Paul Mallet.

Deux cas attirent l’attention

Deux cas attirent l’attention et des interrogations. Il s’agit de Caraquet et Tracadie-Sheila, deux des principales municipalités de la région.

À Caraquet le nombre de candidats comme maire (3: Bernard Robichaud; Clarence LeBreton et Kevin Haché), mais surtout comme conseiller (20 candidatures pour 8 postes) a de quoi surprendre. Par contre, à Tracadie-Sheila, personne ne s’oppose au maire Aldéoda Losier. Du côté des conseillers, 11 candidats y lorgnent les 6 postes disponibles.

Pour chacun des cas, les raisons diffèrent. D’ici janvier 2013, la ville de Tracadie-Sheila pourrait connaître d’importants changements, avec le projet de regroupement de 18 DSL de la région, qui viendraient se joindre à la ville. Une autre élection suivrait donc, pour élire un tout nouveau conseil municipal.

Selon des analystes, c’est en période de graves problèmes ou de polémiques que le nombre de candidats est habituellement le plus élevé. Une explication à laquelle n’adhère pas le maire actuel de Caraquet, Antoine Landry, qui pense que ces candidats veulent plutôt participer à l’essor de la ville, qui est en très bonne position financière, ajoute-t-il. Il n’exclut cependant pas la possibilité que les gens veulent renouveler le conseil municipal.

Parmi ces gens qui veulent du changement se trouve la candidate Marie-Soleil Landry, qui lorgne un poste de conseillère. À 26 ans, elle est la plus jeune des candidates.

À son avis, la présence de personnes plus jeunes est essentielle pour apporter un nouveau souffle au conseil municipal de Caraquet.

«Ça va apporter de la relève et de nouvelles idées. Et ça prend de nouvelles idées», insiste-t-elle, en ajoutant qu’en tant que jeune conseillère, elle pourrait plus facilement amener les citoyens les moins âgés à s’intéresser aux affaires de la municipalité.