Un bénévole acadien honoré à Ottawa

SAINT-ANTOINE – Paul-Émile Cormier est motivé plus que jamais à poursuivre son travail de bénévole.

Mardi dernier à Ottawa, le directeur d’école à la retraite a reçu le prix de l’entraide remis à 28 citoyens canadiens par le gouverneur général David Johnston.

Paul-Émile Cormier est le seul Néo-Brunswickois qui a été honoré à Rideau Hall.

«En entrant avec la parade devant la foule, c’était impressionnant. Ce fut une belle cérémonie. Je me sentais comme un petit Acadien dans la cour des grands», a commenté le grand bénévole qui habite à Saint-Antoine.

Dévoué à plusieurs causes, Paul-Émile Cormier est avant tout reconnu pour son engagement dans le monde de l’alphabétisation. Il est le président du conseil d’alphabétisation de Kent-Sud et il occupe le même titre du comité d’apprentissage pour adulte du Sud-Est. Il fait également partie du conseil de direction de la Fédération d’alphabétisation du Nouveau-Brunswick.

«Tout a commencé, il y a 25 ans. J’étais directeur d’école et il y avait des parents des élèves qui ne pouvaient pas aider leurs enfants avec leurs leçons. J’ai alors commencé à offrir des cours du soir aux adultes», a raconté celui qui a dirigé des écoles à Notre-Dame-de-Kent (2 ans) et Saint-Antoine (28 ans).

M. Cormier assure qu’il poursuivra le travail accompli.

«Avec le rôle que je joue, je ne suis pas à la veille d’arrêter. Je connais beaucoup d’histoires à succès depuis que je suis impliqué. Ça me tient motiver. Une meilleure alphabétisation a amélioré le sort personnel, familial et professionnel de plusieurs personnes. Ça vaut la peine», a indiqué celui qui aide également aux plus démunis de sa localité.

Très reconnu dans sa communauté, Paul-Émile Cormier avait été mis en nomination par la municipalité de Saint-Antoine.
«Paul-Émile est un bonhomme impliqué depuis plusieurs années dans tous les comités inimaginables. À un moment donné, il faisait partie de 16 comités», a lancé en riant, Ron Cormier, maire adjoint de Saint-Antoine.

L’ancien maire assure que le récipiendaire mérite pleinement son honneur.

«C’est un gars très spécial dans la communauté. Il a déjà remporté le titre de Bénévole de l’année», a-t-il fait savoir.

Le Prix du Gouverneur général pour l’entraide a été créé en 1995 par feu Roméo LeBlanc. L’honneur rend hommage à des Canadiens et à des résidants permanents qui ont apporté une contribution importante, soutenue et non rémunérée à leur collectivité, au Canada ou à l’étranger.

«Ça fait 13 ans que je suis à la retraite et je voulais faire du bénévolat à temps plein. Je continuerai ainsi si ma santé me le permet et si j’ai l’énergie pour le faire», a indiqué Paul-Émile Cormier.