Allégations de fraude à la Ville de Caraquet

CARAQUET – La GRC vérifie actuellement des allégations de fraude au sein de l’administration municipale de Caraquet, selon ce qu’a appris l’Acadie Nouvelle.

Joints par téléphone, les porte-parole de la GRC, postés dans la capitale provinciale, ont toutefois refusé de discuter de ce dossier.

«Nous ne pouvons confirmer ou nier cette information. Quand quelqu’un dépose une plainte, ce n’est pas du domaine public. Nous communiquons directement avec cette personne», nous a indiqué la gendarme Chantal Farrah, agente des relations avec les médias.

Mais l’Acadie Nouvelle a appris de source sûre qu’un citoyen de la ville a bel et bien déposé une plainte formelle à la GRC et que les forces policières sont à déterminer le bien-fondé de ces allégations, qui concernent des incidents qui se seraient produits il y a quelques années.

Marc Cormier, ex-ingénieur municipal de la Ville de Caraquet et candidat pour un poste de conseiller municipal dans le quartier 4, nous a d’ailleurs confirmé qu’il collaborait avec les autorités policières à ce sujet.

«Je sais que plusieurs ex-employés et employés actuels ont été contactés par la GRC», déclare celui qui fut employé par la municipalité de 1991 à 2009, avant d’être remercié de ses services.

M. Cormier nous a également indiqué que les allégations de fraude concernent l’administration municipale, le centre La Nacelle, le consortium industriel AcadiNor, de même que le Carrefour de la mer. L’ex-ingénieur municipal a par contre refusé de nous donner de plus amples détails, disant simplement que le dossier était dans les mains de la GRC.

Il faut rappeler ici qu’il ne s’agit encore que d’allégations, que la police n’a pas entrepris d’enquête en bonne et due forme et qu’aucune accusation n’a été déposée dans cette affaire.

En entrevue téléphonique, le maire sortant de Caraquet, Antoine Landry, nous a mentionné n’être au courant de rien à propos des allégations de fraude au sein de l’administration municipale.

«S’il y avait eu une enquête en ce sens, j’aurais été mis au courant depuis longtemps. Quant à moi, ce ne sont que des rumeurs de café», a laissé tomber le maire.