Membre du groupe Acadie Média|Samedi 26 juillet 2014
Vous êtes ici: Accueil » Actualités » Clarence Cormier n’est plus

Clarence Cormier n’est plus 

clarence_cormier

DIEPPE – À l’âge de 81 ans, l’ancien maire de Dieppe et ministre de l’Éducation sous Richard Hatfield, Clarence Cormier s’est éteint jeudi.

Originaire de Sainte-Antoine-de-Kent, il a été maire de Dieppe de 1977 à 1982. Il a été élu à l’Assemblée législative le 12 octobre 1982 comme député progressiste-conservateur dans la circonscription de Memramcook. Il devint alors le premier ministre de l’Éducation acadien de l’histoire au Nouveau-Brunswick.

C’est sous l’administration Clarence Cormier que la ville de Dieppe s’est francisée. Il a entre autres amené la traduction simultanée lors des réunions du conseil municipal.

«L’apport de Clarence Cormier a été des plus important pour la construction identitaire francophone de Dieppe. Non seulement lors de son séjour comme maire de la ville, mais également comme député provincial et ministre de l’Éducation» a souligné le maire sortant, Jean LeBlanc.

Ancien maire de Dieppe, Achille Maillet a côtoyé M. Cormier en plus d’avoir étudié avec lui. En fait, M. Maillet se souvient que c’est Clarence Cormier qui s’assurait qu’il restait sur le droit chemin.  

«Clarence Cormier a été comme un père pour moi. Quand j’étais à l’école, j’étais un petit bout de diable et c’est lui qui me protégeait», a confié M. Maillet.

Encore la semaine dernière les deux hommes se rencontraient en tant qu’anciens de l’Université de Moncton. Selon M. Maillet, Clarence Cormier était encore très souriant et de bonne humeur. Il soutient que l’Acadie a perdu un grand homme.

«C’est un grand homme. Une grande personne. J’ai vraiment été traumatisé quand j’ai su jeudi après-midi. C’était un ami de tout le monde Clarence. Les couleurs politiques ça ne faisait aucune différence et personne ne pouvait se fâcher contre Clarence», a avancé M. Maillet ajoutant que M. Cormier était un mentor pour lui.

En 2007, M. Cormier a fait son entrée dans l’Ordre de la Pléiade pour sa contribution au rayonnement de la culture francophone et acadienne. À sa retraite, l’ancien ministre de l’Éducation militait également pour un retour de l’agriculture biologique dans la Vallée de Memramcook.

En entrevue, il y a quelques années, l’Acadien confiait à notre journaliste Bruno Richard que son plus beau souvenir était quand les citoyens de Saint-Antoine, son village natal, se sont mobilisés pour l’envoyer au Collège Saint-Joseph. Il était alors âgé de 19 ans et il était en 9e année.

[AUDIO]