Policier blessé par balle: le confrère en cause

CAMPBELLTON – Le policier blessé par balle plus tôt cette semaine au Restigouche doit sa blessure à son coéquipier. 

On en sait un peu plus sur l’incident qui s’est produit le 25 avril dernier où un policier de la Gendarmerie royale du Canada a malencontreusement été atteint par balle. Les enquêteurs dans ce dossier ont confirmé que le projectile qui a atteint le constable provenait de l’arme de service de son confrère.

L’enquête a été confiée, rappelons-le, à la Sûreté du Québec puisqu’elle implique une blessure par balle sur un policier. La coutume veut donc que, dans ces circonstances, l’enquête relève d’un autre corps policier.

Selon le porte-parole de la SQ, l’enquête tirerait à sa fin.

«La majorité du travail sur le terrain est effectuée. Tous les témoins ont été rencontrés par nos enquêteurs. Cependant, nous devons attendre les divers rapports d’expertise. Ils seront, par la suite, remis au procureur du Nouveau-Brunswick», explique-t-il.

Selon les éléments recueillis par la SQ, l’incident s’est produit au terme d’une poursuite policière où les membres de la GRC tentaient d’intercepter un automobiliste recherché pour diverses accusations criminelles. 

Le fuyard aurait alors perdu le contrôle de son véhicule et terminé sa course dans un fossé. 

On en sait toutefois peu sur les raisons qui ont mené le policier à dégainer son arme et encore moins pourquoi un coup de feu est parti en direction de son confrère.

Cela dit, le suspect dans cette affaire, Réjean Joubert, 47 ans, de la région de Saint-Quentin, a été arrêté et a comparu en cour. Il fait face à des accusations criminelles de conduite pendant interdiction et de fuite. Il a également comparu pour les autres mandats d’arrestation qui avaient préalablement été lancés contre lui. Il comparaîtra de nouveau en cour mardi prochain.

Pour ce qui est du policier blessé, il a reçu son congé de l’hôpital.