Membre du groupe Acadie Média|Vendredi 29 août 2014
Vous êtes ici: Accueil » Actualités » Le plus jeune maire au Canada serait Acadien

Le plus jeune maire au Canada serait Acadien 

godin_jason_2

MAISONNETTE – On ne peut pas dire que Jason Godin ait beaucoup d’expérience comme électeur. Il compte en fait deux élections à son actif: l’élection fédérale de mai 2011, alors qu’il avait 18 ans depuis peu, et l’élection municipale de lundi soir (devinez pour qui il a voté…), à l’issue de laquelle il est devenu celui qui serait le plus jeune maire de l’histoire du Nouveau-Brunswick et le plus jeune maire actuel au Canada.

Jason Godin, un étudiant en administration des affaires au campus de Shippagan de l’Université de Moncton, n’est pas un néophyte en politique ni en représentativité citoyenne pour autant.

Il en connaît les rouages, puisqu’il a été président du conseil étudiant de la polyvalente Louis-Mailloux de Caraquet ainsi que délégué étudiant au Conseil d’éducation du District scolaire 9 de la Péninsule acadienne l’an dernier. Il participe en outre de toutes sortes de façons dans sa communauté depuis qu’il est haut comme trois pommes, entre autres en faisant du bénévolat, ce qu’il dit adorer faire.

Jason Godin ne se sent donc pas du tout imposteur dans son nouveau rôle de maire. Il exprime en entrevue son bonheur et sa reconnaissance envers la communauté qui lui a fait confiance. Mais il avoue dans le même élan que de s’investir à une telle fonction à un si jeune âge peut en faire sourciller plus d’un.

«Je suis un peu surpris que ça fasse autant d’émoi ici comme ailleurs. Mais je considère ça comme un avantage, pour moi comme pour le village, parce ça va faciliter le réseautage auprès des gouvernements et d’autres intervenants pour conduire des projets à terme. Les gens vont facilement me reconnaître en me voyant comme “le p’tit jeune qui a été élu maire à Maisonnette“. En même temps, je suis aussi content parce que présentement, tous les projecteurs sont braqués sur Maisonnette. Des gens de l’extérieur seront peut-être curieux d’en apprendre davantage sur nous», souligne Jason Godin, alors qu’il entre pour la première fois dans la salle du conseil municipal en tant que maire élu.

Il jette un regard étonné vers le fauteuil central de la table du conseil, celui qu’il occupera pendant quatre ans.

«Je ne peux pas croire que je vais occuper ce siège-là! Ça me semble encore irréel», lâche-t-il, un brin amusé.

La tête remplie d’idées

Jason Godin sait que les prochaines semaines, avant son assermentation le 29 mai, seront consacrées à l’apprentissage de son «nouveau métier». Il compte s’atteler rapidement à la tâche pour se mettre au parfum des rouages technocratiques de l’administration municipale, en discutant entre autres avec son conseil et les employés du village. Il est confiant de gagner rapidement la confiance de ses homologues des autres municipalités de la Péninsule acadienne.

Pour le reste, les idées ne manquent pas et sa tête bouillonne de projets. L’un d’eux pourrait d’ailleurs se concrétiser bientôt. Jason Godin souhaite l’ouverture d’une clinique médicale pour accueillir un médecin à temps partiel dans le village afin de traiter les problèmes de santé de ses concitoyens, surtout les plus âgés.

«Ce projet me tient vraiment à coeur. J’avais déjà fait quelques démarches auprès du Réseau de santé Vitalité durant ma campagne et l’on m’avait donné le feu vert sans trop de difficultés. Je compte donc accélérer mes démarches à cet égard afin d’accueillir un médecin qui viendrait ici une ou deux fois par semaine. J’ai peut-être même trouvé un candidat qui serait intéressé. J’ai bon espoir que le projet puisse se concrétiser bientôt», indique le jeune maire Godin avec un large sourire.

Aussi, il compte clore les «dossiers prioritaires» que sont ceux de la réfection du chemin des Chalets et de la plage du village. Il souhaite également ouvrir grandes ses portes aux citoyens pour des projets touristiques ou communautaires. Car il assure ne vouloir prendre aucune décision seul. Il priorisera une communication saine et transparente avec le conseil municipal et la population, promet-il avec aplomb.

«C’est peut-être ça qui a causé divers conflits dans le village au cours des dernières années, le fait que des gens fassent valoir leur opinion parfois de manière acerbe. Je suis absolument d’accord avec l’idée que toute opinion est bonne à dire, mais qu’il y a une façon respectueuse de le faire», affirme-t-il sans broncher.

L’ancien maire derrière son successeur

Par ailleurs, Jason Godin insiste pour dire que les différends qu’il a eus avec son prédécesseur, Lucio Cordisco, sont maintenant chose du passé. Ce que l’ancien maire confirme, ajoutant même avoir appuyé le jeune candidat durant la campagne électorale.

«Je suis très heureux du résultat. Nous avons discuté des choses négatives entre nous et tout est réglé. Il sait que ma porte sera toujours ouverte s’il a besoin de conseils», témoigne-t-il alors que Jason Godin hoche de la tête en signe d’approbation.

«Ce n’était pas grand-chose finalement. Il y avait des incompréhensions de part et d’autre. Mais tout ça est de l’histoire ancienne et je suis très heureux de pouvoir compter sur M. Cordisco pour la passation des pouvoirs», exprime pour sa part le nouveau maire.

Et comme Lucio Cordisco aura un peu plus de temps devant lui – malgré ses nombreux services pour différents organismes, entre autres pour le Club Lions -, il compte se remettre à ce qu’il sait faire depuis toujours: la couture. Quand nous lui demandons à la blague s’il taillera un complet sur mesure pour son successeur juste à temps pour son assermentation, le couturier dit ne pas fermer la porte à un éventuel cadeau…

Par ailleurs, Élections NB n’a pu nous confirmer avec certitude si Jason Godin était le plus jeune maire de l’histoire de la province. Un porte-parole nous a expliqué que l’organisme ne colligeait pas les données précises sur l’âge de chacun des candidats se présentant à une élection.

À mots couverts, il a cependant soutenu que d’aussi loin qu’il se souvienne, il n’avait jamais vu une aussi jeune personne prendre de telles fonctions.

Martin Roy
À propos de Martin Roy

Acadien par son grand-père paternel, Martin Roy est né et a grandi à Chicoutimi, au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Il est diplômé en Arts et technologie des médias, option Presse écrite, du cégep de Jonquière. Il est journaliste culturel et général et pupitreur Canada-Monde à l’Acadie Nouvelle depuis juin 2003. Il est aussi...
En savoir plus