Caraquet: un FestiVin sous le signe de la nouveauté

CARAQUET – Voyages, vie de château et découvertes: les organisateurs du FestiVin de Caraquet convient les disciples de Bacchus et de la bonne bouffe à leur 16e rendez-vous, qui aura lieu du 25 mai au 3 juin.

Encore cette année, de nombreuses activités sont prévues à la programmation. Cette dernière a d’ailleurs été dévoilée mercredi matin au cours d’une conférence de presse à la Boulangerie Grains de folie de Caraquet.

Parmi celles-ci, quelques nouveautés, dont la Soirée La Rose des vins, le 26 mai, à 18 h 30, au Centre culturel de Caraquet; un souper-bénéfice de trois services au profit de la Fondation de l’Hôpital l’Enfant-Jésus de Caraquet pour le département de l’oncologie. Les organisateurs invitent d’ailleurs les participants à se vêtir de rose pour l’occasion.

Vie de château

Aussi, le FestiVin offrira une Vie de château au Château Albert du Village Historique Acadien, le 25 mai, à 19 h 30.

L’auteur du best-seller Le Tire-bouchon Griffin 2012, Mario Griffin, profitera de l’occasion pour faire découvrir 10 millésimes du Château Simard, l’une des maisons françaises de vin les plus réputées.

L’activité donne aussi l’occasion aux intéressés de se procurer le Forfait Vie de Château, permettant de passer la nuitée du 25 mai au Château Albert, en plus d’avoir droit à deux déjeuners continentaux et deux billets pour le séminaire.

«J’ai eu la chance de voyager dans plusieurs régions du monde, notamment Napa Valley et Sonoma Valley aux États-Unis, ainsi que la Vallée de l’Okanagan en Colombie-Britannique et Niagara en Ontario et, au cours des prochains jours, je m’en vais à une dégustation à Las Vegas qui coûte trois fois le prix de ce que le FestiVin offre comme expérience, même si ce que nous avons ici à Caraquet comme activités dans le cadre du festival ça équivaut à la plupart des dégustations du genre au monde. Nous sommes donc très chanceux et ça me fait plaisir de partager mes découvertes de grands, mais aussi de petits vins à la portée de tous», souligne Mario Griffin, qui animera également une dégustation de vin de l’Argentine et du Chili, le 27 mai, à 19 h, à la Boulangerie Grains de folie.

Parmi les autres nouveautés, le déjà BU! Bar à vin resto de Caraquet présentera, le mercredi 30 mai, à 19 h, l’atelier La mixologie: l’art de créer de savoureux cocktails, permettant d’en apprendre davantage sur les nouvelles tendances en matière de mélanges d’alcools et de liqueurs dans les bars.

Un chef réputé

Comme chaque année, le FestiVin reçoit des invités prestigieux du monde de la sommellerie et de la cuisine. Cette année, c’est le chef Stéphane Modat qui sera de passage à Caraquet.

Le chef d’origine française et proche collaborateur du sommelier québécois François Chartier sera la vedette de deux activités, soit la Soirée prestige: aventure gastronomique avec le chef cuisinier Stéphane Modat, le 31 mai, à 18 h 30, au déjà BU! Bar à vin resto, puis, le lendemain, à 11 h 45, sur la terrasse du même endroit, Modat en mode BBQ – Dîner quatre services.

Grandes Dégustations

Les traditionnelles Grandes Dégustations sont de retour et auront lieu le 1er juin, à 19 h, et le lendemain, à 14 h et à 19 h, au Carrefour de la mer.

Notez toutefois que la Grande Dégustation du 2 juin en soirée affiche déjà complet. Les gens intéressés pourront toutefois se procurer la Passe FestiVin pour assister à la Grande Dégustation du 1er juin et au spectacle du groupe Hi-Fi, le lendemain, à 22 h.

Les détails de la programmation sont disponibles sur Internet (www.festivin.ca).

Louise Blanchard honorée

Par ailleurs, les organisateurs du FestiVin ont profité de la conférence de presse pour introniser Louise Blanchard comme membre honoraire de l’Ordre bachique du FestiVin.

Le sommelier Allain Lanteigne, de Caraquet, a rendu un vibrant hommage à Mme Blanchard, membre depuis la première heure de l’équipe organisatrice du FestiVin.

Louise Blanchard a pour sa part mentionné que, malgré ses connaissances limitées en matière vinicole, le FestiVin avait été une grande école d’apprentissage pour elle, comme pour l’ensemble de la communauté.

«Ce que je vois, c’est que des restaurants comme le déjà BU! ou d’autres ne seraient probablement pas nés sans le FestiVin. C’est signe que le festival contribue à développer une nouvelle culture gastronomique dans la communauté et j’en suis très heureuse», a-t-elle exprimé.