Une deuxième vie pour les arbres de Noël de la Péninsule acadienne

LE GOULET – Une deuxième vie s’offre pour les arbres de Noël collectés dans toute la Péninsule acadienne. Ils serviront à renforcer cet été les dunes du village de Le Goulet afin de lutter contre l’érosion.

Jusqu’à présent, les arbres collectés dans les différentes municipalités du Nord-Est étaient simplement déchiquetés pour servir de paillis. Cette année, la Commission de gestion des déchets solides de la Péninsule acadienne (COGEDES) et le Village de Le Goulet ont décidé de s’unir pour trouver une seconde vie plus valorisante aux arbres de Noël.

Tous ceux qui pourront être collectés d’ici le 7 janvier serviront à renforcer les dunes qui sont régulièrement malmenées par les tempêtes. Cette façon de lutter contre l’érosion est une première dans la Péninsule, mais elle n’est pas inédite pour autant.

«On a l’exemple de ce qui se fait à Cap-Pelé, reconnaît le maire de Le Goulet, Wilfred Roussel. Cette technique avec les arbres de Noël a donné des résultats. C’est un modèle dont on a décidé de s’inspirer pour faire la même chose ici.»

La municipalité est régulièrement con-frontée aux conséquences de l’érosion du littoral.

«On a un problème d’inondation, car le village est situé au niveau de la mer et nos dunes se sont érodées», rappelle le maire de Le Goulet. 

«Les arbres vont servir à faire comme une sorte de clôture pour retenir le sable. On les dispose au bas des dunes. On couche les arbres et ils sont attachés à des piquets tous les deux mètres.»

«On espère avoir au moins un millier d’arbres», explique le directeur général de la COGEDES, Gary LeBlanc. Il précise au passage qu’au fil des ans la collecte des arbres de Noël connaît un peu moins de succès.

«Par le passé, on ramassait de 5000 à 6000 arbres. Mais, depuis cinq ans, ça diminue. C’est probablement dû au succès des arbres artificiels.»

Plus nombreux seront les arbres recueillis, meilleurs seront les résultats pour le Goulet, assure son maire.

«Si on a plus d’arbres, on peut faire une, deux ou trois rangées d’épaisseur pour permettre au sable de s’accumuler et de reconstruire nos dunes. Pour mener à bien notre projet sur deux kilomètres, il nous faudrait 1200 arbres.»

L’opération bénéficie du soutien financier du Fonds en fiducie pour l’environnement, précise-t-il. Elle se déroulera en plusieurs temps. Les arbres collectés dans la Péninsule sur les sites habituels seront acheminés ensuite vers le village de Le Goulet.

«On va les conserver ici pour pouvoir effectuer le travail cet été», explique M. Roussel.