U de M: les étudiants internationaux sont en colère

MONCTON – La populaire Soirée internationale de l’Université de Moncton est en péril. Les étudiants internationaux du Campus de Moncton boycottent la soirée annuelle en signe symbolique de mécontentement.

En avril, le Conseil des gouverneurs de l’Université de Moncton a adopté une hausse des droits de scolarité de 1000 $ pour les étudiants internationaux. Il leur en coûte ainsi près de 10 000 $ par année pour étudier à l’établissement acadien.

La présidente de l’Association des étudiantes et des étudiants internationaux de l’Université de Moncton, Diane Gnonlonfin, se dit d’autant plus outrée que cette hausse a été imposée sans consultation au préalable.

«Ce qui nous fâche premièrement, c’est que la hausse a été soudaine et qu’on n’a pas essayé de nous écouter. On nous a imposé cette hausse. Au départ, ça allait sortir juste comme ça, on l’a su parce que le président de la FÉÉCUM, qui siège au Conseil des gouverneurs, a fait sortir l’information alors que les membres du conseil voulaient passer cette hausse au vote et puis nous la communiquer par la suite», a déclaré Mme Gnonlonfin.

Pour communiquer leur frustration, les étudiants internationaux ont décidé de ne pas participer à la Soirée internationale, le clou d’une semaine d’activités soulignant les différentes cultures présentes sur le Campus de Moncton.

Plus de 1400 personnes ont assisté à la 37e Soirée internationale en février. Les étudiants internationaux contribuent au succès de l’événement en y offrant un spectacle qui comprend musique, danse et un défilé de mode.

Sans la contribution de la population estudiantine internationale, l’événement risque de ne pas avoir lieu.

L’association compte cependant organiser une semaine d’activités en mars qui viendra pallier le vide laissé par leur boycottage de la Soirée internationale. Ce ne sera cependant pas aussi grandiose, prévient Mme Gnonlonfin.

«Ça n’aura pas l’effet de Soirée internationale et ce ne sera pas dans le cadre de la Semaine internationale, non. Ce sera vraiment des festivités officieuses pour les étudiants internationaux», a indiqué la présidente de l’association.

La Fédération des étudiantes et des étudiants du Centre universitaire de Moncton (FÉÉCUM) appuie les actions de contestation de l’Association des étudiants internationaux.

La présidente de l’Association des étudiantes et étudiants internationaux, Diane Gnonlonfin, affirme que ce boycottage est la première activité de contestation de plusieurs à venir.