Classement Maclean’s: l’U de M perd un rang et se retrouve 11e

MONCTON – L’Université de Moncton arrive en 11e position du classement 2014 des universités canadiennes du magazine Maclean’s, un recul d’un rang par rapport au classement de l’année dernière.

Le magazine anglophone Maclean’s a publié son édition spéciale annuelle sur les universités canadiennes jeudi, dans laquelle on retrouve divers palmarès.

Dans la catégorie réservée aux universités offrant avant tout des programmes de premier cycle, l’Université de Moncton s’est classée 11e sur 19. Elle s’était classée au 10e rang l’année dernière.

Pour classer ainsi les universités, le magazine Maclean’s se base sur de nombreux indicateurs, tels que la moyenne d’étudiants par professeur, les budgets accordés aux bibliothèques ainsi qu’un sondage qu’elle mène à l’échelle canadienne sur la réputation des établissements.

Le recteur de l’Université de Moncton, Raymond Théberge, affirme qu’il n’est ni déçu ni comblé par ce résultat.

«Cette année, ça me laisse indifférent, dans le sens qu’on a eu un gros saut dans les trois dernières années, de 20e à 10e.»

Selon lui, ce classement permet à l’institution acadienne qu’il dirige de se comparer aux autres universités canadiennes et d’identifier des pistes afin de s’améliorer.

«On est dans le milieu du peloton. Qu’est-ce qu’on peut faire, en regardant les critères, pour mieux se positionner? Il ne faut pas oublier que l’Université de Moncton est à Moncton, au Nouveau-Brunswick, et lorsque l’on parle d’un sondage national sur la réputation, on doit quand même mieux se faire connaître, mieux se positionner», dit-il.

Sans surprise, la Mount Allison University, de Sackville, est arrivée en position de tête dans cette catégorie pour la 17e fois en 23 ans. La St. Thomas University, de Fredericton, a hérité du 12e rang, soit un de moins que l’année dernière.

Dans la catégorie réservée aux universités offrant davantage de programmes de cycles supérieurs et qui ont un fort penchant pour la recherche, la University of New Brunswick arrive 4e sur 15 établissements. Elle occupait le même rang dans le classement 2013.

Ces résultats sont bien accueillis par le ministre de l’Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail du Nouveau-Brunswick, Jody Carr.

«Ce que ça dit, c’est que toutes nos universités sont à la fine pointe. L’objectif du gouvernement est de travailler avec toutes les universités pour assurer leur succès et assurer le succès de la province. C’est bien de voir les rangs accordés aux universités (du Nouveau-Brunswick). C’est bien de voir que toutes les universités ont du succès», affirme-t-il.

Le ministre Carr ne se plaint certainement pas de cette nouvelle, mais il affirme néanmoins que l’on ne peut pas se fier qu’aux classements de Maclean’s pour constater l’évolution des institutions de la province.

«C’est une indication, c’est une avenue. C’est beau à voir et ça donne de la visibilité à nos universités, mais il y a bien sûr de nombreux autres indicateurs et classements dont nous sommes fiers.»

– Avec la collaboration du journaliste Patrick Lacelle.