Gaz de schiste: un «vendredi noir» sur la route 11

REXTON – Un nouveau face-à-face entre les opposants au gaz de schiste et la GRC a tourné à l’aigre, vendredi après-midi, entre Rexton et Richibucto. La police a confirmé l’arrestation de cinq hommes et évoqué des violences.

Probablement enhardis après avoir fait reculer les camions de SWN jeudi à 14h, les manifestants étaient de retour sur la route 11, encore plus déterminés à faire entendre leurs cris de protestation.

En fin de matinée, CBC a rapporté sur Twitter qu’un groupe d’environ 45 personnes attendait l’arrivée des camions compresseurs, dans les limites imposées par l’injonction. La plupart brandissaient des pancartes sur un pont enjambant la route. Quelque 70 policiers sont arrivés sur les lieux, et cela n’a fait qu’attiser les passions.

À 14 h, un cordon de policiers s’est tenu sur le viaduc pour empêcher tout manifestant de se tenir au-dessus des camions lorsque ceux-ci sont passés dessous, alors que la route 11 était bloquée dans les deux sens au sud de Richibucto.

Voici une photo prise près du lieu du face-à-face, vers 15 h. - Gracieuseté
Voici une photo prise près du lieu du face-à-face, vers 15 h. – Gracieuseté

En début d’après-midi, et malgré des discussions appelant à calmer de part et d’autre les esprits, la tension a atteint un pic tel que la violence a fini par jaillir. Un journaliste de Radio-Canada (Rosaire L’Italien, NDLR) a déclaré en ondes qu’il avait été lui-même bousculé par la police.

«Des gens ont lancé des roches en direction des véhicules de police. La GRC tient à rappeler que les gens peuvent manifester de façon paisible, mais lancer des roches n’est ni pacifique ni sécuritaire», a déclaré au téléphone la porte-parole Julie Rogers-Marsh, qui précise que personne n’a été blessé.

Mme Rogers-Marsh a confirmé l’arrestation de 5 hommes, «pour non-respect de l’injonction».

De leur côté, les manifestants affirment que ce sont les policiers eux-mêmes qui ont provoqué les violences.

Barbara Quigley, qui possède une ferme biologique à Sainte-Anne-de-Kent et a hébergé des manifestants sur sa propriété plus tôt cette semaine, a témoigné par téléphone à l’Acadie Nouvelle.

«La police a arrêté à tort des gens qui protestaient pacifiquement à l’intérieur des limites que la GRC elle-même leur avait données quelques minutes auparavant, a raconté Mme Quigley. Ils nous ont menti et tendu un piège. Mon opinion est que nous avons besoin d’une injonction contre la GRC !», a-t-elle déclaré en commentant une photo qu’elle a envoyée à l’Acadie via son téléphone cellulaire.

Les camions de SWN ont fait demi-tour vers 15h45. La compagnie américaine a demandé à ce que l’injonction accordée vendredi 22 novembre par la juge Clendening soit prolongée, et sa cause sera entendue à Fredericton lundi prochain. Le nombre des arrestations depuis l’entrée en vigueur de l’injonction en cours s’élève à 14.