Une pétition pour préserver les acquis des Acadiens circule

MONCTON – Un groupe de francophones a lancé une pétition en ligne demandant à ce que la main-d’oeuvre dans la fonction publique néo-brunswickoise soit à 50 % bilingue.

Cette pétition fait surface environ une semaine après que les médias aient mis au grand jour une autre pétition d’un groupe anglophone demandant au gouvernement provincial « d’arrêter la discrimination envers les citoyens qui ne parlent que l’anglais ».

L’auteur de la pétition anglophone, Joyce Wright, avance que le gouvernement provincial désigne de plus en plus de postes comme étant bilingues. L’objectif, semble-t-il, selon Mme Wright, est que 50 % des emplois de la fonction publique soient détenus par des gens capables de s’exprimer dans les deux langues officielles. De là, l’origine de la discrimination d’après l’auteur.

La pétition instiguée par Murielle Sonier de Moncton contraste avec celle de Mme Wright. Elle a pour but de préserver les acquis des Acadiens et francophones du Nouveau-Brunswick en faisant la promotion de la dualité linguistique.

«On veut une dualité. Pourquoi tous pour un et rien pour les autres? La province est officiellement bilingue. Il y a donc des lois et réglementations qui encadrent ça. Parfois on passe par dessus ces lois. C’est pour tous les Acadiens et francophones. Ce sont eux qui vont en bénéficier», a confié Mme Sonier à l’Acadie Nouvelle.

Mise en ligne le 23 juillet, la pétition a récolté près de 800 signatures. L’objectif est de 6000. Mme Sonier ose croire que l’objectif sera atteint et même dépassé.

«Elle est partie et en chemin. C’est la fin de semaine ou il y a des gens qui travaillent. D’autres sont en vacances, mais plus ça va, plus elle se propage. C’est sûr qu’on l’atteindre. Nous avons des signataires de partout, d’ici, mais aussi de la France et du Québec», a soutenu l’Acadienne.

Elle invite d’ailleurs tous ceux et celles qui ont le bilinguisme à cœur à signer la pétition.

«Le 15 août, oui c’est la Fête nationale des Acadiens, mais ce n’est pas juste un party. Il faut aussi être capable, pour nos générations futures, de se tenir debout, de dire que nous sommes Acadiens, d’affirmer que nous avons des droits et de les exercer», a-t-elle ajouté avec enthousiasme.

La présidente de la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick, Jeanne d’Arc Gaudet, a apposé sa signature sur la pétition, peut-être pas autant pour ce qu’elle demande, mais plutôt pour ce qu’elle représente.

«Ces gens là, dans le fond, réclament des droits. C’est ce qu’on fait aussi à la SANB. Notre préoccupation est de réclamer nos droits constitutionnels et là que ce soit un groupe de citoyens qui le fasse, je trouver ça correct», a lancé Mme Gaudet dans un élan de fierté.

Par contre, demander à ce que 50 % de la main-d’oeuvre de la fonction publique du gouvernement provincial soit bilingue relève, selon elle, du «rêve». Il faut selon elle un cadre règlementaire qui ferait en sorte que les postes clés devraient être automatiquement désignés bilingues pour que les gens qui travaillent dans la fonction publique puissent parler à leur patron, peu importe, la langue officielle dans laquelle ils peuvent s’exprimer.

«Nos francophones qui travaillent dans la fonction publique sont en train de se faire assimiler parce qu’ils travaillent dans un milieu où il n’y pas de loi, de principe ou de plan d’action, à notre connaissance, ils doivent s’exprimer en anglais dans leur milieu de travail lorsqu’ils doivent s’adresser à leur supérieur ou leur sous-ministre», a ébruité Mme Gaudet.

La pétition de Mme Sonier peut être trouvée sur Avaaz en cherchant « maintenir les acquis des Acadiens du Nouveau-Brunswick ».