Membre du groupe Acadie Média|mardi 27 janvier 2015
Vous êtes ici: Accueil » Actualités » Marijuana: Zenabis choisit Atholville

Marijuana: Zenabis choisit Atholville 

ATHOLVILLE – La compagnie International Herbs Medical Marijuana – connue sous la marque Zenabis – a jeté son dévolu sur la municipalité restigouchoise d’Atholville pour établir son usine de cannabis thérapeutique.

La compagnie a pris possession de l’ancienne usine de 400 000 pieds carrés appartenant à Atlantic Yarns.

Dans un communiqué de presse, la compagnie explique que la disponibilité d’un immeuble vacant adéquat et l’acceptation sociale du projet ont été prises en considération dans le choix de la municipalité restigouchoise.

«Nous n’avons pas pris à la légère le processus de sélection du site. Nous avons rencontré des centaines de personnes au cours des derniers mois à la recherche d’une collectivité optimale avec qui nous pouvions entreprendre ce partenariat. Et nous l’avons trouvée haut la main dans le nord du Nouveau-Brunswick», écrit Kevin Coft, PDG de l’entreprise.

L’entreprise prévoirait embaucher environ 200 personnes au cours des premières phases de développement. Toutefois, ce nombre pourrait, selon elle, atteindre les 1000 d’ici quelques années, soit lors de futures expansions.

Zenabis entend, à partir d’Atholville, produire du cannabis thérapeutique de qualité pharmaceutique en vertu du nouveau Règlement sur la marijuana à des fins médicales de Santé Canada. On y fera la culture, le séchage, l’emballage et la livraison de cannabis. On y fera également de la recherche et du développement.

Au niveau de la municipalité sélectionnée, on jubile.

«C’est une très bonne nouvelle pour nous, mais également pour l’ensemble de la région. Créer un tel nombre d’emplois, qu’est-ce qu’on peut demander de mieux pour une région comme la nôtre qui vit des moments difficiles depuis autant d’années?», s’exclame le maire d’Atholville, Michel Soucy.

«Pour la municipalité, ça représente beaucoup, car on remplit enfin une énorme usine vacante. Chaque fois que je voyais ce bâtiment, je me demandais si un jour j’allais avoir la chance de voir une entreprise venir s’y installer. Et là, ce jour est finalement arrivé, et avec une entreprise dont le produit est complètement différent de ce que l’on voit généralement dans la région. C’est bien de voir ça, de voir nos activités industrielles se diversifier», souligne le Soucy.

Le maire n’a jamais eu d’objection à accueillir ce type d’industrie.

«L’important pour moi, c’est que ce soit créateur d’emplois. Et dans ce cas-ci, on parle de marijuana oui, mais surtout d’un produit bien contrôlé destiné à une clientèle bien précise. C’est pour des fins médicinales uniquement. On ne retrouvera pas ça dans nos rues», note le maire.

La compagnie devrait commencer prochainement à s’installer dans l’usine, soit à aménager les premiers 100 000 pieds carrés nécessaires pour le début de la production.

Jean-François Boisvert
À propos de Jean-François Boisvert

Originaire de la Mauricie, Jean-François Boisvert cumule plus d’une quinzaine d’années d’expérience en journalisme dans la région du Restigouche. Il est détenteur d’un diplôme en Lettres françaises du CÉGEP de Trois-Rivières ainsi que d’un second en Journalisme de la Cité collégiale d’Ottawa. C’est d’ailleurs suite à un stage en journalisme...
En savoir plus