Éric Larocque nommé directeur général du CMA 2019

DIEPPE – Éric Larocque sera le directeur général du Congrès mondial acadien 2019. Le professionnel bien connu du milieu associatif acadien assume ses nouvelles fonctions en avril.

Le Comité organisateur du sixième CMA a sélectionné M. Larocque comme directeur général, en raison de sa grande connaissance des enjeux de la région, de son expérience dans le domaine administratif et de sa passion pour l’Acadie.

«Je suis vraiment content. Je suis fébrile. Je suis excité au défi qui s’annonce. Je pense qu’il y a un bon conseil d’administration, avec une bonne présidente. Tout est en place pour une organisation qui va rouler rondement», a-t-il fait savoir.

M. Larocque a fait valoir son dévouement à la cause acadienne dès un jeune âge, en tant que président de la Fédération des jeunes francophones du Nouveau-Brunswick, de 1997 à 2000.

De 2002 à 2011, l’homme originaire de Bathurst a été chef de mission de l’équipe du Nouveau-Brunswick pour les Jeux de la francophonie canadienne. De 2004 à 2010, il a été le directeur général de la Fédération des étudiantes et étudiants du Campus universitaire de Moncton.

Par la suite, M. Larocque a occupé le poste de directeur adjoint de la Société Nationale de l’Acadie, puis celui de directeur général de l’organisme.

Il détient une maîtrise en administration publique à l’Université de Moncton.

«Monsieur Larocque est un jeune professionnel motivé ayant une véritable passion pour l’Acadie. Son dynamisme, son dévouement, ainsi que son impressionnant bagage de connaissances apporteront beaucoup à l’organisation de ce 6e Congrès mondial acadien», a dit Claudette Thériault, présidente du CMA 2019.

Comme il reste quatre ans avant le lancement du congrès dans le Sud-Est et l’Île-du-Prince-Édouard, sa préparation est à pied d’œuvre. En avril, M. Larocque s’affairera donc à jeter les premières bases de l’événement. Avec son conseil, il devra notamment élaborer les grandes lignes de la programmation, développer des partenariats clés, créer un profil de médias sociaux, et chercher du financement.

«Il y a toute la question de l’organisation administrative, parce que là, c’est une page blanche. C’est le temps de réfléchir sur la programmation, et de rêver un peu, puis mettre ça sur papier avant de faire nos demandes de financement et passer à l’acte.»

Les attentes sont élevées pour le sixième Congrès mondial acadien. Il y a deux semaines, L’Acadie Nouvelle rapportait que la Société nationale de l’Acadie entame une réflexion sur l’envergure et la formule de l’événement quinquennal.

Quoi qu’il en soit, M. Larocque a l’intention de travailler d’arrache-pied afin d’organiser le «meilleur événement possible».

«Même si cette réflexion-là n’avait pas lieu, on a la responsabilité face au peuple acadien à organiser le meilleur événement que l’on peut. Je ne pense pas qu’on a besoin de cette motivation supplémentaire: dans mon esprit, il faut organiser le meilleur événement possible.»

En avril, M. Larocque quittera ses fonctions de directeur général de la Société Nationale de l’Acadie pour se dévouer entièrement à l’organisation du sixième congrès mondial acadien.