La saison de la grippe bat son plein

Après un automne calme, la saison de la grippe est arrivée au Nouveau-Brunswick. Le nombre de cas d’influenza est en hausse depuis la mi-décembre, et la province a connu son premier décès associé au virus.

La dernière fois que la grippe de type A (H3N2) était la souche dominante d’influenza au Nouveau-Brunswick, il y a deux ans, les foyers de soins de province ont connu un hiver particulièrement difficile.

Les concepteurs de vaccins n’avaient pas anticipé que ce type d’influenza – dangereux pour la population aînée – serait le plus répandu dans la province. Le vaccin grippal était donc inefficace, ce qui a contribué en partie au décès de 26 personnes âgées de 65 à 97 ans.

La souche est de retour cette année. Mais cette fois, le vaccin grippal distribué dans les pharmacies depuis l’automne est bien adapté.

«Le vaccin est très bon pour la souche qui circule. Il devrait fournir une assez bonne protection contre l’infection ou les complications de l’influenza», explique le docteur Yves Léger, médecin-hygiéniste de la région Est.

Selon le Dr Léger, même si la saison de grippe est arrivée, «il n’est toujours pas trop tard pour se faire vacciner». Dans une année moyenne, le nombre de cas d’influenza hausse jusqu’au milieu de février, avant de baisser progressivement jusqu’en mars ou avril.

«Le vaccin est l’une des interventions les plus importantes, surtout chez les gens qui ont un problème de santé chez qui l’influenza augmente le risque de complications et de décès», rappelle-t-il.

Seulement cinq cas d’influenza ont été détectés au Nouveau-Brunswick d’août à la mi-décembre. Dans les deux dernières semaines de 2016, 14 nouveaux cas ont été détectés, selon un rapport du Bureau du médecin-hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick.

Les régions les plus durement frappées sont l’est et le sud de la province, où il y a eu «activité sporadique» pendant les semaines du 18 au 31 décembre selon Santé Canada.

Dans les régions de Miramichi, du Restigouche et du Nord-Ouest, il n’y a eu «aucune activité».

Ailleurs au Canada, les régions les plus gravement touchées sont la Saskatchewan, la moitié sud de l’Alberta et le sud-ouest de la Colombie-Britannique, où il y a «activité localisée» et «activité étendue». Dans la dernière semaine de 2016, 1948 tests positifs de la grippe ont été signalés au pays, ce qui fait passer le nombre total à 5008.

Selon Dr Léger, les citoyens peuvent aider à éviter la propagation de la grippe en se lavant les mains fréquemment, particulièrement après avoir été à la toilette ou avant de préparer de la nourriture. Il conseille aussi aux Néo-Brunswickois de ne pas se toucher le visage afin d’éviter «que le virus puisse entrer dans le corps et causer une infection». Il suggère aussi de tousser dans sa manche ou un mouchoir.

Il conseille aussi aux personnes atteintes de la grippe de ne pas aller au travail, afin de ne pas donner le virus à leurs collègues. n

Sur la carte, on peut voir l’activité grippale au Canada, par région, pendant les semaines du 18 au 31 décembre. – Gracieuseté: Agence de la santé publique du Canada

 

Les cas de grippe au Nouveau-Brunswick, d’août à fin décembre

2016: 19

2015: 12

2014: 37

2013: 14

2012: 55

2011: 1
Source: Rapports sur la surveillance de la grippe du Bureau du médecin-hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick