Méthamphétamine: un an de prison pour un jeune d’Edmundston

Un jeune homme d’Edmundston, Kevin Gilles Dionne, devra passer un an derrière les barreaux après avoir reconnu sa culpabilité à des accusations de possession de méthamphétamine dans le but d’en faire le trafic et d’une arme à feu prohibée.

Ce dossier a connu son dénouement en Cour provinciale à Edmundston, mardi, après quelques reports.

En septembre 2016, l’accusé était à quelques minutes de recevoir sa sentence, découlant d’une proposition conjointe des avocats en présence, lorsqu’il a fait volte-face et a plutôt inscrit un plaidoyer de non culpabilité.

Il a plus tard de nouveau changé son plaidoyer, reconnaissant ses torts à la quinzaine d’accusations portées contre lui.

Celles-ci avaient été commises en 2012 et en 2014, dont certaines alors que Kevin Gilles Dionne était d’âge mineur.

Le juge Donald LeBlanc lui a imposé un terme carcéral de 12 mois pour les accusations les plus sérieuses, soit celles de possession de méthamphétamine dans le but d’en faire le trafic et d’une arme à feu prohibée.

Kevin Gilles Dionne a aussi écopé d’une dizaine de peines additionnelles de 30 jours de détention qui seront purgées de façon concurrente sous des accusations de possession de marijuana, d’avoir omis de se présenter devant le tribunal et de bris de liberté surveillée.

Lors de l’imposition de la sentence, mardi, le juge LeBlanc a maintenu la proposition conjointe négociée par les avocats en septembre 2016.

Lors de son arrestation en février 2013, Kevin Gilles Dionne était en possession de 99 comprimés de méthamphétamine. Les policiers ont saisi une arme prohibée et une somme de 1900 $.

L’arme à feu et le montant d’argent seront confisqués. En septembre 2016, Kevin Gilles Dionne affirmait que ce montant d’argent devait lui être rendu par la cour. C’est ce litige qui avait mené à son désir de vouloir modifier son plaidoyer.