Autre tempête, autre vague de fermetures [vidéo]

Alors que le Sud-Est se relevait à peine du blizzard de lundi, une autre tempête a durement frappé la région jeudi, entraînant une nouvelle vague de fermetures.

À 13h jeudi, le Grand Moncton avait déjà reçu plus de 25 cm de neige. Les rafales ont atteint des pointes de 65 km/h, créant des conditions de blizzard.

«Ça contribué à réduire la visibilité sur toute la région en générale», a indiqué Claude Côté, météorologue pour Environnement Canada.

En janvier, la région avait reçu moins de précipitation qu’à la normale. On peut dire que Dame nature a eu sa revanche en février. Normalement, le Grand Moncton reçoit 65 cm de neige en février. Or, il est déjà tombé 110 cm au cours du mois. Depuis le début de l’hiver, les accumulations sont aussi au-dessus des normales.

«À date, depuis le début de l’hiver, on a eu 272 cm de neige, ce qui comprend le 25 cm reçu (jeudi à 13h). La normale est de 225 cm pour le mois de février. On a donc environ 50 cm de plus que la moyenne», a souligné M. Côté.

Le système a aussi affecté des régions plus au nord de la province, surtout le comté de Kent, où de 6 à 10 cm de neige s’étaient accumulés jeudi après-midi.

Les «conditions hivernales dangereuses» de jeudi ont entraîné plusieurs fermetures. Les autorités ont demandé aux automobilistes de ne pas s’aventurer sur les routes 1, 2 et 11, entre autres, surtout dans le sud de la province. Lors du blizzard de lundi, 75 voitures ont été ensevelies sur les routes de la province, obligeant les services à aller les secourir dans des conditions très dangereuses.

«La poudrerie réduit la visibilité et crée des lames de neige. Si vous conduisez, vous mettez votre vie et celle des autres en danger», a rappelé la GRC sur Twitter jeudi matin. Le message semblait avoir bien été reçu.

La Ville de Moncton affirme tout faire pour que ses réseaux routiers et piétonniers soient praticables le plus rapidement possible. De longues heures attendent les équipes de déneigement de la municipalité alors que la majorité des trottoirs n’avaient pas encore été déneigés depuis le blizzard de lundi.

«Tel qu’indiqué dans le plan de déneigement, le travail se concentrera d’abord au centre-ville, ainsi que près des hôpitaux. Les ouvriers seront à la tâche jour et nuit, afin de remédier à la situation causée par ces deux tempêtes importantes», a indiqué la Ville de Moncton par voie de communiqué.

Voici à quoi ressemblaient les conditions à Moncton, jeudi, vers 11h30.

Les écoles des districts scolaires francophones Sud et Nord-Est ont été fermées jeudi, tout comme les campus de Moncton et de Shippagan de l’Université de Moncton.

Plusieurs vols ont été annulés à l’aéroport international Roméo-LeBlanc et les services de transports en commun ainsi que de collecte des déchets ont été perturbés. Les services municipaux jugés non essentiels ont été suspendus jeudi.

Peu avant 8h, jeudi matin, plus 700 clients d’Énergie NB étaient privés d’électricité, principalement dans la région de Sussex. En fin d’après-midi, une centaine d’abonnés étaient toujours sans courant.

 

Le dernier droit de l’hiver

La tempête de jeudi pourrait bien être la dernière en importance de l’hiver. Le Nouveau-Brunswick sentira des conditions plus printanières au cours des prochaines semaines.

Déjà, dimanche, Environnement Canada prévoit de la pluie et des températures atteignant les 3 degrés en après-midi.

«On aura une journée pas mal au-dessus de zéro degré dimanche. Après ça, on demeure près du point de congélation et après ça, jeudi prochain, on se retrouvera à nouveau au-dessus du point de congélation», a précisé M. Côté.

Le printemps doit arriver officiellement le 20 mars, mais d’ici là, il faudra faire preuve de patience.