Changement de garde au Festival Western de Saint-Quentin

«J’ai de grands souliers à remplir.»

Bertrand Leclerc est le premier à l’admettre, remplacer Rino Perron à la présidence du comité organisateur du Festival Western de Saint-Quentin – lui qui a occupé ce poste au cours des 13 dernières années – représente tout un défi.

Bertrand Leclerc est le nouveau président du comité organisateur du Festival Western de Saint-Quentin. – Gracieuseté

Également conseiller municipal à Saint-Quentin, M. Leclerc est loin d’être un néophyte en ce qui a trait à l’organisation du festival. Il est l’un des membres fondateurs qui ont lancé l’événement, il y a 33 ans.

«Je n’avais que vingt ans à l’époque», indique-t-il, ajoutant avoir fait parti des meubles quelques années avant de se concentrer sur d’autres intérêts. «Mais j’ai toujours eu le festival à cœur et je n’ai jamais été bien loin», ajoute-t-il.

Plus tôt cette semaine, l’équipe a dévoilé la programmation de la 33e présentation du festival, qui aura lieu du 4 au 9 juillet. Il s’agissait d’une occasion pour le président d’exposer sa vision du festival.

Pour ce premier mandat, il s’est fixé un objectif bien précis et relativement ambitieux: remplir les estrades pour les deux présentations du  fameux rodéo professionnel.

«Financièrement, le festival s’en tire bien, mais on ne roule pas sur l’or pour autant. Si on parvient à remplir notre stade pour le rodéo, ça nous aiderait énormément à poursuivre des projets qui, à défaut de fonds, sont constamment repoussés. Je crois qu’on n’a pas encore atteint le plein potentiel du rodéo et on travaille pour rendre l’expérience encore meilleure pour le spectateur. Il reste de la place dans le stade, on va le remplir», indique le président.

À noter que le rodéo sera précédé cette année d’un spectacle d’ouverture de Tony la Sauce, un DJ dont le passage au festival l’an dernier fut très apprécié.

M. Leclerc entend aussi amorcer un virage jeunesse.

«L’idée n’est pas de tasser les plus vieux qui sont autour de la table, mais d’impliquer davantage de jeunes afin qu’ils puissent profiter de leur expérience avant que ces personnes décident de partir. On veut une relève forte pour le festival, car c’est un événement extrêmement important pour notre communauté, un moteur économique», dit-il.

La programmation sera un mélange de valeurs sûres et de nouveautés.

Parmi les valeurs sûres, le rodéo professionnel WildTime, le Pow Pow, le concours Miss Cowgirl Atlantique et le spectacle du samedi soir (Party des duchesses) qui mettra en vedette, cette année, les artistes Irvin Blais, George Belliveau et Mélanie Morgan. À noter que le Miss Cowgirl en sera à sa 15e édition cette année. Et comme l’an dernier, il se pourrait que l’auditoire féminin en ait pour son argent.

Côté nouveautés, le coup d’envoi du festival sera donné avec la présentation d’un Endurocross, soit une compétition de motos qui se tiendra à l’intérieur du stade.

«On a déjà eu des courses de motos par le passé, mais cette fois on parle davantage d’une sorte de courses à obstacles», indique le président.

Autre nouveauté, la présentation de la finale du Gala provincial Cœur d’Artistes, un concours destiné aux artistes amateurs de 50 et plus. Plus de 120 artistes d’un peu partout en province ont participé à l’une ou l’autre des compétitions régionales menant à la finale. L’événement se déroulera sous le chapiteau lors du Pow Pow et sera animé par l’artiste Rhéal Leblanc.

«On est très content d’accueillir cet événement. Ça va apporter une valeur ajoutée au Pow Pow en plus de donner une belle visibilité à ces artistes», indique M. Leclerc.