Trop d’accidents impliquant des piétons à Bathurst

La Force policière de Bathurst a enregistré sur son territoire quatre fatalités et une trentaine de collisions impliquant des piétons, en l’espace de 10 ans. À la lumière de ces statistiques, la police demande aux automobilistes et aux marcheurs de redoubler de prudence et souligne que des gestes simples peuvent éviter ce genre de drames.

Il y a une douzaine de jours, une dame âgée de 72 ans a perdu la vie lorsqu’elle a été happée par un véhicule, en début de soirée, sur l’avenue St. Peter. Yvonne «Mary» Gray sortait d’un magasin et tentait de traverser l’artère de quatre voies quand un jeune automobiliste l’a percutée. Elle n’avait pas utilisé le passage piéton.

Depuis 2007, les rues de Bathurst ont fait quatre victimes piétonnes, sans compter les nombreuses blessures subies.

«Nous avons eu 33 dossiers où un, deux ou plusieurs piétons ont été frappés par un véhicule. C’est évident qu’il s’agit d’un problème assez important dans notre ville», a déclaré Jeff Chiasson, l’agent de liaison communautaire au sein de la force municipale de Bathurst.

En octobre dernier, deux élèves de l’École secondaire Népisiguit ont été heurtés par un conducteur sur la rue Sainte-Anne, pendant la pause du dîner. Ils n’avaient pas pris la précaution d’emprunter la section réservée aux piétons. Une voiture s’était immobilisée pour les laisser passer, sauf que les écoliers n’auraient vu l’autre véhicule qui arrivait en sens inverse.

Un mois plus tard, un homme de Beresford, âgé de 76 ans, est décédé après avoir été accroché par un chauffard, sur cette même artère. Pourtant, il traversait à un endroit approprié, en face du Centre régional K.-C. Irving. La collision s’est produite le soir.

«Tout le monde a un rôle à jouer quand ça vient à la sécurité des piétons. Comme conducteur, il faut toujours qu’on regarde pour les piétons en arrivant à une intersection ou le long du chemin. Et comme piéton, il est important de s’assurer d’être vu par les conducteurs», dit le gendarme.

Jeff Chiasson, agent de liaison communautaire au sein de la Force policière de Bathurst – Acadie Nouvelle: Béatrice Seymour

Durant l’été 2009, une femme de 73 ans, qui circulait à pied sur le boulevard Vanier, est décédée des suites de ses blessures. La dame et sa sœur traversaient le boulevard sur le tracé pour piétons quand elles ont été frappées par une voiture. Le gendarme Chiasson propose quelques recommandations pour prévenir ces accidents.

«Premièrement, il faut évidemment traverser à un passage piéton. Aussi, même si nous sommes bien placés, il faut se faire voir par les automobilistes. Nous avons eu deux fatalités à une traverse piétonnière, donc c’est toujours mieux de faire un signe, par exemple, en levant le bras, avant de traverser. Un contact du regard est recommandé, comme ça tu sais qu’on t’a vu.»

Les marcheurs qui coupent la voie à un endroit non autorisé sont passibles d’une amende de 172,50$. Quelque 22 contraventions ont été distribuées par la Force policière de Bathurst en 2016.

«Beaucoup de celles-ci sont survenues sur la St Anne, comme de nombreux élèves traversent n’importe où. Nous avons claqué dur pour leur rappeler les dangers et que c’est contre la loi. Aussi, nous recevons plusieurs plaintes pour l’avenue St. Peter. C’est un chemin à quatre voies et malheureusement, plusieurs la prennent pour une piste de piétons. Nous n’avons donc pas le choix d’être plus sévères.»

Toutefois, aucun marcheur n’a encore écopé d’une amende cette année.