Retour dans le temps à Lamèque! [vidéo]

L’engouement pour les motoneiges antiques ne se dément pas dans la Péninsule acadienne. L’exposition annuelle consacrée aux modèles d’antan, à Lamèque, prend de l’ampleur.

Elle est proposée depuis l’année dernière par le club de motoneiges de la municipalité. Réduite à quelques heures seulement en 2016, cette fois-ci, la manifestation s’est déroulée sur la journée entière, samedi, derrière l’aréna.

Plusieurs activités étaient au programme. À commencer par une parade en centre-ville, en fin de matinée. Le rendez-vous s’est achevé dans la soirée avec un souper et un rallye nocturne.

Pour l’occasion, les organisateurs avaient imprimé un calendrier allant jusqu’en mars 2018 (mois de la prochaine exposition). Les 200 exemplaires ont tous été vendus.

Côté affluence, Colette Vienneau, la présidente du club, assure avoir accueilli plus de visiteurs que lors du premier rassemblement.

«Le beau temps nous a été favorable. C’était pas comme ça l’année dernière», se rappelle-t-elle.

Devant pareil succès, elle prévoit encore plus grand pour 2018.

«On pense faire notre exposition sur toute une fin de semaine.»

Samedi, une quarantaine d’exposants se sont réunis – certains venaient de Memramcook et de Chandler, au Québec; 70 vieilles machines étaient présentées.

«C’est une vingtaine de plus que l’an passé», souligne Michel Paulin.

Les motoneiges antiques le passionnent. Avec ses amis, il a fondé Les Raquettes à gaz, une branche du club motoneige de Lamèque.

«On est sept membres pour l’instant. On a chacun au moins une motoneige antique et on se regroupe de temps en temps pour partir en balade dans les bois sur une journée.»

Leurs sorties n’ont rien à voir avec celles des adeptes des Ski-Doo d’aujourd’hui.

«On roule à 40-50km/h. On peut pas aller plus vite avec les moteurs qu’on a. Rien à voir avec les 120-150km/h des bolides actuels», fait remarquer Pierre Larocque.

Depuis longtemps, ce résidant de Lamèque collectionne les modèles d’autrefois. Il en possède 25, parmi lesquels un Bombardier 1961 dont il est particulièrement fier.

«Il ne sort pas d’une usine celui-là. Il a été fabriqué dans le garage de M. Bombardier pour un médecin. Je l’ai acheté à un musée. C’est une pièce de collection.»

N’allez pas croire que les motoneiges antiques n’attirent que les nostalgiques de leur enfance. Gabriel Robichaud, 12 ans, s’y intéresse depuis qu’il est tout petit.

«J’aime leur forme. Certains ont un côté futuriste», déclare ce jeune de Baie-du-Petit-Pokemouche.

Il en a déjà conduit. Son père et son grand-père en ont.

«C’est plus facile à manœuvrer que les motoneiges récentes.»

Les machines du passé ont encore de beaux jours devant elles.