Les élèves de Sainte-Anne-de-Madawaska proclament leur fierté française (vidéo)

Leur fierté de vivre en français en Acadie, les élèves de l’École régionale de Sainte-Anne-de-Madawaska l’ont proclamée bien haut au reste du Nouveau-Brunswick, lundi matin.

La 28e Semaine provinciale de la fierté française au Nouveau-Brunswick a pris son envol à l’école de Sainte-Anne-de-Madawaska, lundi matin. Devant dignitaires et parents, les élèves ont démontré leur savoir-faire lors d’un spectacle mettant en vedette l’histoire de leur localité, le théâtre, la danse et la musique.

Après cette cérémonie d’ouverture à saveur provinciale, l’Acadie Nouvelle a interrogé des élèves au hasard à leur retour en salle de classe.

«Pour moi, la fierté française, c’est de célébrer notre français avec des amis. Mon papa est anglais et on parle davantage en anglais à la maison. Mais moi je parle les deux langues», a partagé Madison Leclerc, élève de 3e année.

«La fierté française, c’est apprécier notre langue et faire des activités en français. La langue est en danger, car l’anglais est plus populaire. À la maison, on devrait plus écouter la télé et la musique en français», a indiqué Casey Walker, élève de 8e année.

Emma Gilley, élève de 8e année, provient aussi d’une famille anglophone.

«J’aime la langue française. C’est une manière de communiquer avec le monde et j’aime connaître de nouvelles personnes», a-t-elle raconté.

Élève de 7e année, Sébastien-Olivier Martin soutient que la fierté française, c’est d’apprécier sa langue.

En servant d’exemple à éviter, des mascottes des écoles régionales sont venues apprendre les expressions adéquates aux élèves. – Acadie Nouvelle: Gilles Duval

«Il ne faut pas juste dire que c’est une langue, il faut en prendre soin et la parler pour la préserver. Dans certains pays, le français est en danger. Moi, je dirais aux gens de partout dans le monde, essayez notre langue et si vous l’aimez pas, c’est correct. Mais à tout le moins merci de l’essayer et de l’apprécier», a-t-il mentionné.

Sur scène, un groupe d’élèves, qui participe à l’atelier Choix créatif avec l’artiste Jason Guerrette, a interprété une chanson originale dans laquelle ils rappellent qu’il est important de continuer à parler français avec son accent et ses régionalismes, même en quittant son petit village pour habiter dans une grande ville.

Les élèves ont aussi tenu à éclaircir ce qui pourrait être l’origine de deux sobriquets pour la population, soit qu’ils sont des «André» ou encore des «tireux de roches».

Dans le premier cas, un dénommé André Martin aurait été l’un des premiers colons à s’établir à Sainte-Anne-de-Madawaska. La légende veut qu’en allant visiter sa famille, les gens disaient «on va chez les André» et que le surnom est demeuré.

Dans le deuxième cas, les «tireux» de roches feraient référence au fait que des groupes de jeunes se cachaient dans les fossés et se lançaient des cailloux, plus souvent qu’autrement en raison de conflits reliés aux filles.

En compagnie de leur mentor Jason Guerrette, un groupe d’élèves a interprété une chanson originale sur l’importance de continuer à parler français avec son accent et ses régionalismes même si on quitte un petit village pour s’établir dans une grande ville. – Acadie Nouvelle: Gilles Duval

Ancienne élève de l’école, la sénatrice Pierrette Ringuette, a raconté son propre cheminement. Elle a indiqué aux élèves que tous les rêves sont permis, même s’ils vivent dans une petite communauté.

La ministre provinciale responsable de la Francophonie, Francine Landry, a rappelé que le français est parlé par 274 millions de gens chaque jour dans le monde.

L’ouverture officielle de la 29e Semaine provinciale de la fierté française prendra place au Domaine des étudiants de Petit-Rocher en mars 2018.