Saint-André: l’embauche du chef pompier Réjean Beaulieu confirmée

L’administration de la Communauté rurale de Saint-André a confirmé jeudi l’embauche de Réjean Beaulieu en tant que chef de sa brigade d’incendie.

L’Acadie Nouvelle rapportait dans ses pages, il y a une dizaine de jours, que la nomination de M. Beaulieu à titre de chef n’était plus qu’une simple formalité.

Ce dernier succède à Marcel Poitras, qui avait été démis de ses fonctions de chef de la brigade d’incendie le mois dernier.

Devant les médias réunis à l’édifice municipal, le maire de Saint-André, Allain Desjardins, a tenu à réitérer que le départ de l’ancien chef était une chose rendue nécessaire par l’absence complète de confiance et de respect mutuel entre les deux partis.

Le maire a indiqué que l’administration municipale a arrêté son choix sur Réjean Beaulieu après un processus d’embauche d’une trentaine de jours impliquant  trois candidats et la participation du prévôt des incendies du Nouveau-Brunswick.

L’actuel chef adjoint, Aldo Michaud, figurait dans la liste des candidats qui aspiraient à diriger la brigade d’incendie. Celui-ci en assurait la direction par intérim en attendant l’entrée en fonction officielle du nouveau chef pompier.

Une première rencontre s’est d’ailleurs déroulée mercredi soir entre la vingtaine de pompiers et Réjean Beaulieu.

«Il y avait de l’émotion, mais je suis satisfait de notre rencontre. Je n’ai pas l’intention de renvoyer personne, je veux juste sortir le meilleur de ces hommes et les regrouper», a indiqué le nouveau chef, qui compte 24 années de métier et qui était pompier jusqu’en 2014.

Le maire de Saint-André dit vouloir tourner la page après une année plutôt difficile qui a été marquée par la démission en bloc en juin 2016 des membres de la brigade d’incendie et le départ précipité de l’ancien chef Marcel Poitras.

Qui est plus est, des proches de ce dernier ont récemment sillonné les chemins de la communauté rurale avec en main une pétition réclamant du maire le retour de l’ancien chef pompier et une autre demandant la démission des conseillers municipaux Rodrigue Levesque, Yvon Dubé et Pierre Poitras.

Le nouveau chef de la brigade d’incendie et le maire Allain Desjardins ont de plus profité de l’occasion pour nier les informations voulant que Réjean Beaulieu ait été forcé de quitter ses fonctions de capitaine pompier en 2014.

«Il n’y a jamais eu de congédiement du capitaine par le conseil municipal de l’époque», assure Allain Desjardins, qui réfute fermement ces allégations, tout comme le principal intéressé.

Réjean Beaulieu se dit conscient du sentiment d’insécurité retrouvé chez certains membres de la brigade d’incendie, dont quelques-uns auraient récemment affirmé songer à quitter leurs fonctions.

«J’ai mis les choses au clair lors de la rencontre avec mon équipe à la caserne. Je n’ai pas l’intention de mettre personne à la porte ni de changer quoi que ce soit. Je crois que certains pompiers ont alors été rassurés», a affirmé le chef de la brigade.

L’administration de la Communauté rurale de Saint-André doit de plus composer avec l’absence de deux conseillers à la table du conseil municipal.

Le maire Desjardins avait bon espoir de voir ces deux postes être comblés lors de l’élection partielle qui se tiendra 15 mai.

Toutefois, à quelques heures seulement de la fin de la période des mises en candidature auprès d’Élections NB, personne n’avait encore manifesté son intention de représenter les citoyens des quartiers 1 et 2 de Saint-André au sein du conseil.