Le Dolma Food renaît de ses cendres à Moncton

Un an et quatre mois après avoir été la proie des flammes, l’épicerie Dolma Food de Moncton renaît de ses cendres. Son propriétaire et ses employés ont tenu bon, épaulés par une communauté qui tient à eux.

Hossein Barar est ému. Le transport de la marchandise des locaux qu’il louait jusqu’au nouvel emplacement sera terminé d’ici dimanche.

«Ça n’a pas été facile, mais nous y sommes enfin. C’est un grand jour.»

Le 251 rue St. George n’a jamais été aussi resplendissant. Haut de deux étages, l’édifice a une architecture moderne qui détonne avec celle de ses voisins.

L’épicerie se trouve à l’étage principale.

Les étalages débordent de fruits, des caviars de légume, et de petites sucreries maison sont présentés derrière la vitrine du comptoir de service.

Au deuxième étage, la lumière tamisée offre une autre ambiance. Un bar à sushi est en train d’être aménagé dans cet espace restaurant pouvant accueillir près d’une centaine de personnes. Les clients pourront siroter un verre de vin sur la terrasse juchée sur le toit de l’édifice, ou même de la bière artisanale qui sera confectionnée sur place par Acadie Broue.

Situé au 251 rue St. George à Moncton, le nouvel édifice compte une épicerie, une boulangerie, un bar à sushi et une terrasse sur le toit. – Acadie Nouvelle: Anthony Doiron

Hossein Barar a voulu créer un endroit pour permettre aux gens du quartier de se rassembler et d’échanger.

Les verres et les coupes sont toujours emballés dans les boîtes qui parsèment le plancher, mais tout devrait être prêt pour juin, estime-t-il.

Immigrant d’origine iranienne, Hossein Barar a posé ses valises à Moncton il y a de cela 27 ans. Il garde encore des vifs souvenirs de son village natal et surtout de la Turquie, où il a réalisé ses études postsecondaires.

Il se souviendra toujours de ce boulanger qui avait refusé de lui vendre du pain sous prétexte qu’il n’était pas assez frais.

«Ce pain n’avait que 5 heures de vieux et il ne voulait pas me le vendre. Il m’a dit d’attendre que les nouveaux soient sortis du four. Il voulait ce qu’il y avait de mieux pour ses clients parce qu’il nous avait à coeur. Ça m’a marqué.»

Une fois à Moncton, c’est avec cette philosophie qu’il a créé Dolma Food. L’homme privilégie sa relation avec ses clients et ses employés. Humble, il se décrit non pas comme un patron, mais plutôt comme un partenaire d’affaires.

«Mes employés sont dévoués à leur travail. Nous avons une excellente collaboration il savent que je compte sur eux. Je prends soin de les consulter dans nos décisions d’achats de produit, parce que ce sont eux les experts. Nous sommes une famille.»

Cette complicité, poursuit-il, c’est le client qui en bénéficie.

«Nos clients aiment venir chez nous parce que nous avons un sens de la communauté. Nous sommes là pour eux finalement. Ça me touche droit au coeur.»

Hossein Barar est fier que son épicerie fasse partie de la routine des gens du quartier, et il souhaite qu’elle le demeure pour bien longtemps.