Énergie NB songe à une deuxième centrale à Grand-Sault

Énergie NB explore la possibilité de générer une plus grande quantité d’énergie propre grâce à une nouvelle centrale électrique d’une capacité de production de 100 mégawatts à Grand-Sault, à côté de la centrale existante.

Le premier ministre Brian Gallant et le président-directeur général d’Énergie NB, Gaëtan Thomas, en ont fait l’annonce, vendredi matin, à Grand-Sault.

Si le projet vient à terme, la nouvelle infrastructure viendrait ajouter à la soixantaine de mégawatts fournie par la centrale actuelle de Grand-Sault.

«Nous n’en sommes qu’à la phase exploratoire du projet. Nous devons mener des études sur le terrain puis obtenir les agréments techniques et environnementaux avant de pouvoir aller de l’avant», a souligné M. Thomas.

Les études permettront de déterminer la condition du sol ainsi que les critères environnementaux à respecter. «Nous en aurons une meilleure idée dans 12 à 18 mois», a-t-il ajouté.

Il a fait remarquer que les analyses sur le terrain ainsi que les consultations auprès des Premières nations et de la population constitueraient la base d’une éventuelle étude d’impact environnemental.

«Cette nouvelle centrale permettrait d’accroître notre capacité de fournir de l’électricité à nos clients du Nouveau-Brunswick et possiblement à des consommateurs en Nouvelle-Angleterre», a poursuivi M. Thomas.

Si le projet va de l’avant, il nécessitera la construction d’un deuxième tunnel pour alimenter en eau les nouvelles installations

«Pour l’instant, il est difficile de chiffrer les coûts. Mais ça serait dans les centaines de millions de dollars. Dans 18 mois, on sera dans une bien meilleure position pour faire des estimations. Si des contrats pour l’exportation se matérialisent d’ici deux ans, et si tout va comme prévu, on pourrait avoir une nouvelle centrale à Grand-Sault en 2021 ou en 2022», a laissé entendre M. Thomas.

Il a rappelé que l’objectif pour le Nouveau-Brunswick est de se tourner davantage vers l’énergie durable. D’ici 2020, près de 40% des ventes d’électricité d’Énergie NB pourraient provenir de sources renouvelables.

Le premier ministre Gallant a rappelé que le Nouveau-Brunswick veut être prêt si des possibilités d’exportation se présentent.

«L’étude va déterminer si le projet est rentable et si nous avons des occasions en matière d’exportation. Et s’il y en a, nous voulons être prêts à les saisir», a signalé M. Gallant.

En ce qui a trait à de possibles objections, M. Thomas a tenu à rappeler que la Ville de Grand-Sault se range derrière le projet, ce qui constitue un appui positif.

«Ça donnerait un nouvel élan à notre centrale. Nous avons un barrage et de l’eau en quantité en provenance du fleuve Saint-Jean à Grand-Sault», a commenté le maire de Grand-Sault Marcel Deschênes.

-Avec extraits de La Presse canadienne