Danny Boudreau retrouve ses racines country

MONCTON – Danny Boudreau a présenté son sixième album, Les p’tites heures du matin, jeudi à la FrancoFête. Un disque épuré aux accents country et folk, pleinement assumé par l’auteur-compositeur-interprète de Petit-Rocher qui célébrera dans deux ans ses 40 ans de carrière musicale.

Amis, artistes et professionnels de l’industrie musicale du Canada et de l’Europe se sont massés dans le petit bar Le Plan b à Moncton afin d’assister au lancement du disque de Danny Boudreau. «Avec ce sixième album, on a l’impression qu’on entend encore plus Danny Boudreau. C’est de la musique qui fait du bien», a déclaré Monique Poirier qui a présenté l’artiste, avant qu’il offre quelques pièces de son nouvel opus fraîchement sorti du studio de Marc Beaulieu qui signe la réalisation. Probablement l’album de Danny Boudreau le plus country dans sa facture musicale, Les p’tites heures du matin s’inscrit un peu dans la suite de Mes légendes, paru en 2009.

«J’ai grandi en écoutant du country. Je ne renie pas ça, ce sont mes racines. J’ai commencé à 7 ans à chanter devant un public, en chantant du Hank Williams, du Johnny Cash. C’est ça mon école. Je suis choriste pour des émissions de country depuis 20 ans. C’est plus proche de moi que le pop», a exprimé Danny Boudreau qui s’est dit choyé puisqu’il a travaillé avec les meilleurs musiciens, ceux de Pour l’amour du country.

Marc Beaulieu et Danny Boudreau se connaissent depuis longtemps en travaillant ensemble, entre autres, sur des plateaux de télévision.

«Danny Boudreau, c’est parmi les plus belles voix en Acadie. Je reconnais en lui cette vérité qu’il réussit à passer à travers sa voix. Je ne veux pas le laisser travailler avec personne d’autre. On a tellement fait de musique ensemble que j’ai l’impression qu’on parle la même langue», a affirmé Marc Beaulieu, ajoutant que cet album est le fruit d’une belle amitié. Marc Beaulieu a collaboré à la production de trois disques de Danny Boudreau.

En fait, Danny Boudreau se met un peu à nu sur cet album, témoignant ainsi de sa maturité musicale et d’une grande aisance au niveau de la voix et de la guitare, a fait remarquer Marc Beaulieu. Chaque chanson a une couleur, souligne Danny Boudreau.

«Avec Les p’tites heures du matin, on poursuit cette lignée-là d’ouverture d’espace. Je l’assume totalement, ne serait-ce que par l’image à l’intérieur de l’album où j’ai un chapeau de cow-boy. J’assume l’enrobage, la facture de cet album parce que c’est ce que je suis», a mentionné l’artiste qui fait quelques clins d’oeil à des pionniers de la chanson folk et country avec la pièce La photo sur le mur, qu’il a aussi adaptée en anglais. Sur ce disque, il rend hommage également à son père, décédé l’année passée, avec la chanson Jamais trop tard, pièce avec laquelle il a terminé son tour de chant, accompagné de Jesse Mea, Sylvain Doucet et Christian Belliveau.

Quatre auteurs ont collaboré à cet album, dont Louis Mathieu et Manuel Brault qui signe la pièce titre. Danny Boudreau qui sera en spectacle samedi au Théâtre Capitol dans le cadre de la FrancoFête promet plein de surprises.