Albert Millaire partage ses meilleurs souvenirs de théâtre

 CARAQUET – Albert Millaire rencontre son public pour partager ses meilleurs souvenirs de théâtre.

Le vénérable comédien Albert Millaire est en tournée au Nouveau-Brunswick avec son spectacle intitulé Mes amours de personnages.

Un spectacle qui porte le même
titre qu’une autographie illustrée qu’il a fait paraître en 2010, et dans laquelle il présente 50 personnages qu’il a incarnés sur scène et à la télévision, en ajoutant des détails et des anecdotes en lien avec les tournages et les productions théâtrales qui leur sont associés.

Pour la version spectacle, l’artiste de 77 ans qui cumule quelque 55 ans de carrière se concentre sur les XVlle, XVllle et XVlXe siècles. La raison est simple: «Presque tout nous vient du Grand Siècle», a-t-il dit sur scène pour illustrer l’influence du théâtre du XVlle siècle sur la dramaturgie contemporaine, lors de la première représentation de ce spectacle en sol néo-brunswickois, lundi soir à Caraquet.

Il fait ainsi référence à Corneille, entre autres, en interprétant une scène du Cid pour démontrer à quel point les drames actuels retiennent de cet auteur. Idem pour Molière et ses pièces qui proposaient des
critiques des mœurs de ses contemporains, avec des thèmes encore bien actuels, comme l’hypocrisie, fait remarquer l’acteur.

Au XVllle siècle, l’artiste propose au public une rencontre avec un contemporain et opposant de Wolfgang Amadeus Mozart, en la personne d’Antonio Salieri, à qui certains attribuent la mort de ce compositeur de génie. «Ils sont beaux, les personnages, quand ils sont tordus», d’exprimer Millaire au sujet de Salieri, qui s’est avéré un de ses personnages préférés.

Le comédien émérite ne saurait survoler le XVlXe siècle sans évoquer Edmond Rostand et son inoubliable Cyrano de Bergerac. Un personnage que s’applique à faire revivre Albert Millaire avec toute la verve attribuée à ce héros inspiré d’un dramaturge et duelliste du Grand Siècle, Hercule Savinien Cyrano, dit Cyrano de Bergerac (1619-1655), dont l’attribut nasal n’était cependant pas aussi imposant que celui dont était affublé son alter ego.

En plus de ces interprétations, le comédien aguerri partage des notions sur l’histoire du théâtre et sur le métier de comédien. Il y va d’anecdotes et de souvenirs puisés à même sa longue expérience, en faisant renaître le souvenir de comédiens que nous avons tous connus. Millaire assure d’autre part un bon contact avec la foule dès le départ, en faisant divers clins d’oeil à la région.

Le côté didactique du spectacle ne plaît pas à tous. De plus, le contenu pourrait être agrémenté d’une mise en scène plus élaborée, pour un meilleur déroulement, et ainsi éviter la difficilement soutenable comparaison au livre, qui s’avère par ailleurs fort inspirant.

Il s’agit tout de même d’un spectacle à considérer, pour le plaisir de revoir ce grand comédien sur scène, revivre ses classiques ou simplement profiter d’une bonne performance d’acteur appliquée aux plus grandes pièces et personnages de la dramaturgie française. Mes amours de personnages sera de passage à Neguac le 29 mars, Shippagan le 30 mars; Dalhousie le 31 mars, ainsi qu’à Edmundston, Fredericton, Moncton et Shediac, respectivement les 2, 3, 4 et 5 avril.