Décès d’un paparazzi: des artistes proposent des règles plus sévères

LOS ANGELES – Le photographe de 29 ans happé mortellement par une automobile après qu’il eut pris des clichés de la Ferrari blanche du chanteur Justin Bieber a relancé bien malgré lui le débat entourant les dangers que courent les paparazzi et les vedettes qu’ils pourchassent.

L’accident de mercredi a convaincu plusieurs célébrités, incluant la jeune sensation canadienne, de faire des sorties publiques pour réclamer des lois plus strictes afin de limiter la liberté d’action des paparazzi, même si de précédents appels en ce sens ont été rejetés en vertu des protections prévues par le premier amendement de la Constitution américaine.

Le bureau du coroner du comté de Los Angeles a confirmé jeudi que le photographe était Christopher James Guerra. Les autorités ne connaissaient pas sa ville natale, a précisé le porte-parole Larry Dietz.

Justin Bieber a indiqué dans un communiqué que la famille de la victime était dans ses prières. Ironiquement, le chanteur n’était même pas dans la Ferrari au moment de l’incident.

Dans une déclaration diffusées par l’étiquette Island Def Jam, la jeune vedette a dit espérer que cette «tragédie» inspire «finalement» la mise en place d’une législation significative et d’autres mesures visant à protéger les vies et la sécurité des vedettes, des policiers, des passants et des photographes eux-mêmes.

L’accident était sur toutes les lèvres à Hollywood, y compris celles de Miley Cyrus, qui a publié plusieurs messages sur le microblogue Twitter, dont certains critiquant les actions des paparazzi et déplorant l’accident malheureux.

L’actrice et chanteuse a notamment rappelé l’accident qui a entraîné le décès de Lady Diana, se demandant comment cette tragédie n’avait pas pu être un signal d’alarme suffisant pour éviter les incidents du genre.