Ancrages propose un marathon de lecture

Pour savourer pleinement la littérature, la revue Ancrages propose un marathon de lecture de 12 heures en compagnie de 12 auteurs de l’Acadie.

À une époque où tout va très vite, les responsables de la revue de création littéraire Ancrages ont choisi d’aller un peu à contre-courant en organisant un nouvel événement littéraire qui offre aux auteurs le luxe du temps, soit 43 200 secondes de littérature. Dans cette manifestation qui s’inscrit dans un mouvement prônant la lenteur, les écrivains disposeront d’une heure chacun.

«Souvent, il faut que tout soit mis en capsule, synthétisé et on en perd un peu la saveur. C’est comme manger dans un restaurant rapide en trois minutes au lieu d’avoir un repas et rester à la table pendant quatre heures», a déclaré l’écrivain Herménégilde Chiasson, qui lira son recueil Béatitudes.

Dans les lectures habituelles, les écrivains ont tout au plus 15 minutes pour présenter des extraits de leurs œuvres. Comme le souligne M. Chiasson, ce sont souvent de petits clips, à l’image d’une chanson de quelques minutes. Cette fois-ci, les auteurs pourront lire une portion significative d’une œuvre et même le recueil en entier dans certains cas, permettant ainsi d’en apprécier l’ampleur et la profondeur.

«C’est un peu comme assister à un opéra», a exprimé l’auteur de Grand-Barachois qui se réjouit de ce genre de lecture. Il est aussi conscient aussi que les spectateurs n’assisteront pas à l’ensemble du marathon. Il y aura une circulation.

Le président de la revue Ancrages, David Décarie, souligne que les responsables essaient d’organiser des manifestations littéraires originales. Après Moncton 24 qui s’est déroulé dans divers lieux de la ville, c’est le chiffre 12 qui a retenu leur attention. L’idée est venue du poète Daniel H. Dugas.

«C’est un peu basé sur l’idée des nuits de la poésie qui avaient lieu dans les années 1970 où les poètes se succédaient pendant toute une nuit. On trouve que la ville de Moncton et l’Acadie ont une littérature vibrante et on cherche à participer à la vie littéraire», a commenté David Décarie.

Depuis qu’un comité a repris le flambeau, la revue propose à la fois des événements littéraires et des numéros en ligne. Après avoir fonctionné pendant deux ans avec peu de moyens financiers, le magazine a obtenu une subvention de 8400 $ du gouvernement provincial. David Décarie a indiqué que cette somme permettra au comité de verser des cachets aux auteurs, de bonifier son site web et de rémunérer du personnel quelques heures par semaine afin de les soutenir dans leurs activités.

«Ça va aider un peu les troupes parce que le défi d’une revue de création littéraire est de durer», a-t-il mentionné.

L’appel de textes pour le prochain numéro a été lancé. Le comité espère recevoir 12 textes de 12 auteurs qui seront mis en ligne à compter du 12 janvier 2016 à raison d’une oeuvre par semaine.

Le marathon a lieu à la Salle Bernard-LeBlanc du Centre culturel Aberdeen à Moncton, le samedi 12 décembre de midi à minuit. Dyane Léger, Martin Roy, Jonathan Roy, Rose Després, Martine Jacquot, Herménégilde Chiasson, Guy Arsenault, Mélanie Léger, Jean Babineau, Sarah Marylou Brideau, Paul Bossé et Daniel H. Dugas sont les auteurs participants.