Les coups de coeur culturels de 2016 (1 de 3)

NDLR: En cette fin d’année, nos journalistes du milieu culturel vous offrent leurs coups de cœur de 2016. Voici d’abord les coups de cœur de Robert Lagacé, qui seront suivis de ceux de Pascal Raiche-Nogue (jeudi dans l’édition en ligne) et de ceux de Sylvie Mousseau (vendredi). Bonne lecture!

1 – Lisa LeBlanc

Lisa LeBlanc
Lisa LeBlanc

Sans aucun doute mon album de l’année.

J’étais conquis dès la première pièce, Could you wait ‘til I’ve had my coffee?. Du bonbon, du début à la fin. Je vais vous faire une confidence.

Lisa, pour moi, c’est pour la vie. Cette fille-là, je l’aime pour son énergie, sa folie et cette facilité avec laquelle elle parvient à me faire voyager dans l’imaginaire.

Et puis, comme gratteuse de cordes, peu importe l’instrument, elle clenche la majorité des gars.

Kevin McIntyre
Kevin McIntyre

2 – Kevin McIntyre

Lever le camp, qu’on retrouve sur l’album L’axe du viseur, est ma pièce folk préférée de l’année. Le genre de chanson que j’aurais adoré entendre la première fois autour d’un feu.

Prenez la peine d’écouter Lever le camp et imaginez-vous en compagnie d’amis et de Kevin grattant sa guitare avec pour seul autre accompagnement le crépitement des flammes.

Vous verrez alors que j’ai raison. De quoi ronronner tel un chat bienheureux. Merci, Kevin, pour cette merveilleuse chanson.

Caroline Savoie
Caroline Savoie

3 – Caroline Savoie

Je ne compte plus le nombre de fois que j’ai écouté Aux Alentours dans les derniers mois.

Mes oreilles en redemandent. Plusieurs autres titres de cet album éponyme m’accrochent, dont Henri, Sans amour et sans remords, Bois d’chauffage et Y’en aura.

Et j’ajouterais que l’enfant en moi, dans le but avoué d’expérimenter un dodo de bonheur comme quand j’étais petit, aimerait bien se faire chanter doucement Où mon cœur m’attend, l’un des deux bonus de l’album.

Denise Bouchard
Denise Bouchard

4 – Denise Bouchard

N’ayant pas le câble depuis quelques années (c’est par choix) et comme je n’ai pas toujours le goût de m’installer devant mon ordinateur pour zieuter les trucs qui pourraient m’intéresser, j’attends normalement la sortie des DVD pour me rincer l’œil.

Ç’a été le cas de la télésérie Le Clan que j’ai découvert après tout le monde. Denise Bouchard, la matriarche (Carole Moreau) de cette famille de bandits à la petite semaine, y est exceptionnelle. Je la considérais déjà comme une grande comédienne, je la vois maintenant immense.

Dommage qu’ils ont dû boucler l’histoire dans l’épisode final, à la suite du refus de Radio-Canada de poursuivre pour une troisième saison. On sent pourtant qu’il y avait encore tellement à raconter.

Dave Puhacz
Dave Puhacz

5 – Dave Puhacz

Voilà un rocker qui m’a drôlement allumé avec son album Dans l’prélart. J’aime l’urgence de sa musique.

Quand je l’écoute, je l’imagine très bien répondre à un simple «Bonjour, comment ça va?» en sortant sa guitare pour chanter de sa voix rauque Laisse-moi boire ma bière! ou encore Pour être avec elle.

Bref, du rock comme je l’aime.

Du Éric Lapointe supérieur.

Simon Leblanc
Simon Leblanc

6 – Simon Leblanc

Ce jeune Gaspésien m’a fait rire aux éclats à maintes reprises ces derniers mois.

Son premier spectacle Tout court est ce que j’ai entendu de mieux depuis très longtemps en humour.

Il faut l’écouter nous raconter sur un ton naïf ses multiples mésaventures, toutes aussi rocambolesques les unes que les autres.

Je vous le dis, c’est le prochain grand.

Menoncle Jason, Dans son prime
Menoncle Jason, Dans son prime

7 – Menoncle Jason

Le mononcle que tout le monde aimerait avoir. Quand j’ai le goût d’avoir la banane d’une oreille à l’autre, c’est automatique, j’écoute «Sors de ma yard».

Parmi les autres petits bijoux de cet album merveilleusement déstabilisant: «Viande de moose», «Toute vendre» et «Bill de hydro».

Un album cool et dont le titre seul, «Menoncle Jason dans son prime», suffit à m’arracher un petit sourire.

Carol Doucet (à gauche) et Carole Chouinard
Carol Doucet (à gauche) et Carole Chouinard

8 – Carol et Carole

Carol Doucet (Le Grenier musique) et Carole Chouinard (Karo Productions) figurent dans mes coups de cœur pour la simple raison que je tenais à leur souligner mon appréciation.

Ces deux filles, à force de ténacité, ont complètement transformé le petit monde de la musique acadienne pour en faire une industrie plus que respectée sur la planète bleue.

Dans 100 ans, quand les médias traiteront de l’histoire de la musique acadienne, on parlera de l’avant et de l’après Carol et Carole.

Ray Donovan - Showtime
Ray Donovan – Showtime

9 – «Ray Donovan»

Je suis un grand consommateur de téléséries que je visionne uniquement une fois sur DVD.

Je suis actuellement accro à une douzaine de séries, dont «Narcos», «Game of Thrones» et «Orange is the New Black».

Mais ma plus belle découverte, en 2016, est «Ray Donovan».

Voilà de la grande télé. Je m’explique d’ailleurs encore mal pourquoi je n’ai pas allumé avant.

J’ai carrément dévoré les trois premières saisons et j’ai très hâte de retrouver Ray, Abby, Terry, Bunchy, Bridget, Conor et Mickey pour le quatrième opus.

10 – YouTube

Depuis un peu plus d’un an, je me suis découvert un nouveau passe-temps pour occuper mes samedis matin au réveil. Je m’installe devant mon ordinateur avec mon café et je vais sur YouTube pour me gaver de vieux souvenirs musicaux (vidéoclips, bouts de spectacle, entrevues, etc.).

J’ai depuis raffiné ma technique en me concentrant sur un ou une artiste en particulier. Je dois cette bizarrerie à la photographe Julie D’Amour-Léger qui, chaque samedi, publie sur sa page Facebook sa poésie du samedi, soit un clip d’une vieille chanson qui a bercé sa jeunesse.

Récemment, je me suis fait un fun noir avec Danny Boudreau et Pascal Lejeune.

C’est rendu tellement sérieux mon affaire que j’ai déjà une liste d’autres artistes qui m’attendent. Par exemple, Michel Thériault, Denis Richard, Claude Léveillée et Emmylou Harris sont déjà bookés pour janvier.

Je sais, ça frise un brin la folie.