Les coups de coeur culturels de 2016 (2 de 3)

NDLR: En cette fin d’année, nos journalistes du milieu culturel vous offrent leurs coups de cœur personnels de 2016. Voici ceux de notre chef de bureau aux affaires publiques, Pascal Raiche-Nogue, un passionné de musique. Ne ratez pas la liste de la journaliste culturelle Sylvie Mousseau dans notre édition de samedi. (Voir ceux de Robert Lagacé ici)

1. Claude’s House

- Archives
Acadie Nouvelle: Pascal Raiche-Nogue

Si la culture punk et DIY (do it yourself) est toujours bien vivante à Moncton, c’est en bonne partie à cause de Claude’s House. Ce lieu de diffusion marginal et situé dans un sous-sol du centre-ville est une vraie perle. Un diamant à l’état brut qui va à contre-courant.

La sonorisation est minimale, tout comme l’éclairage. Sur le mur du fond trône une courte phrase qui est en quelque sorte devenue le mantra de cette oasis pour les marginaux: un énorme graffiti qui donne le ton: «You’re Only Punk Once» (T’es punk seulement une fois).

2. Céleste Godin

- Archives
Acadie Nouvelle: Archives

La poète et chroniqueuse néo-écossaise Céleste Godin est débarquée à Moncton en 2016 pour vivre une francophonie plus tangible. Son arrivée a fait le plus grand bien à notre petite bulle médiatico-culturelle dans laquelle on a tendance à tourner en rond.

Sa poésie est sans détour et n’hésite pas à remettre en question l’ordre établi. Elle a récemment obtenu une chronique hebdomadaire chez nous, à l’Acadie Nouvelle, ce qui me fait le plus grand plaisir. High five, Céleste!

3. «Est-ce fini? / Is it finished?»

Ce court métrage de Mélanie Léger, Etienne Boivin et Evar Simon présenté lors de la soirée Objectifs obliques du Festival international du cinéma francophone en Acadie (FICFA) est magnifique.

Il suit le dénouement de la populaire loterie «Chase the Ace» à Dalhousie en compagnie d’une aînée du coin. Les cinéastes montrent la région avec une sensibilité et un raffinement que l’on voit rarement.

4. Moncton Blizzard

-Photo contribution.
-Photo gracieuseté

Cette exposition présentée en janvier et en février au Théâtre Capitol de Moncton a mis en vedette les oeuvres du photographe Frédéric Gayer. Cet artiste de Moncton a braqué sa caméra vers les paysages hivernaux de la région. Le résultat était hyper beau.

Ces scènes de neige, de vent et de froid, on les voit régulièrement. On finit par oublier qu’elles sont sublimes. Avec sa série d’images, cet artiste originaire de France nous l’a rappelé tout en beauté.

5. Les microbrasseurs

Jamie Melanson, de la microbrasserie Bore City Brewing, basée à Moncton. - Acadie Nouvelle: archives
Jamie Melanson, de la microbrasserie Bore City Brewing, basée à Moncton. – Acadie Nouvelle: archives

Au cours des dernières années, le nombre de microbrasseries néo-brunswickoises n’a cessé de croître. Cette culture a pris du temps à s’incruster dans la province, mais elle l’est de plus en plus.

Plusieurs petits producteurs se sont lancés en affaires ces derniers mois, à mon grand plaisir. Ils offrent des bières produites localement, abordables et bien plus savoureuses que ce qu’offrent les géants de cette industrie.

De plus, plusieurs de ces producteurs appuient la culture, font des partenariats avec des organismes et même des artistes. Je leur lève mon chapeau (ou mon verre, tant qu’à faire).

6. White Lung au Tide & Boar

White Lung en concert au Tide & Boar de Moncton. Acadie Nouvelle: Pascal Raiche-Nogue
White Lung en concert au Tide & Boar de Moncton. Acadie Nouvelle: Pascal Raiche-Nogue

White Lung, l’un des meilleurs groupes punk au pays ces dernières années, s’est arrêté au Nouveau-Brunswick en octobre. Il y avait longtemps que je n’avais pas eu si hâte à un concert.

La chanteuse était grippée et a mis fin à la performance après moins d’une heure. Ce n’était pas idéal, mais la performance du groupe était super solide. Espérons que cette formation reviendra en ville en pleine forme dès que possible. Je serai là comme une tache.

7. Willie Stratton et Mike Thomas Kerr au Plan B

Je me suis retrouvé au Plan B, au centre-ville de Moncton, un soir de semaine en octobre. Deux troubadours country et americana établis à Halifax, Willie Stratton et Mike Thomas Kerr, s’y produisaient devant trois ou quatre spectateurs.

Ces excellents guitaristes semblent tout droit sortis d’un vieux film western. Leur style de chant, leurs mélodies et même leur habillement sont dans la même veine. C’était parfait. Une belle découverte.

8. Caroline Savoie

- Archives
– Gracieuseté

La jeune auteure-compositrice-interprète Caroline Savoie a continué de connaître une belle progression en 2016. Elle a notamment lancé son premier album complet en français. On l’attendait depuis longtemps.

Il est très réussi. Les arrangements lourds du passé sont loin derrière et c’est très bien ainsi. Sa magnifique voix a tout l’espace nécessaire pour respirer.

C’est une autre preuve que l’on ne rend pas nécessairement service à un artiste en le cachant derrière une production trop complexe et surfaite. Certains réalisateurs acadiens devraient en prendre bonne note.

9. The Weeknd – Starboy

- Archives
– Gracieuseté

L’artiste torontois Abel Tesfay, alias The Weeknd, frappe fort avec Starboy. C’est de loin mon album préféré de l’année. Ses paroles sont crues et troublantes, sa musique est exceptionnelle. Il est allé chercher l’aide de collaborateurs chevronnés pour cet album, dont Daft Punk, Future, Kendrick Lamar et Lana Del Rey.

Si vous n’avez pas encore écouté comme il le faut, faites-le. Sans blague. Et pas seulement les chansons qui tournent régulièrement à la radio. Prenez la peine d’écouter attentivement ce qu’il dit, de noter toutes les subtilités des arrangements. C’est un vrai chef-d’oeuvre.

10. Black Peaks – Statues

- Gracieuseté
– Gracieuseté

Une découverte faite par hasard en juin dernier en Angleterre lorsque je suis allé voir les Deftones à Wembley. Black Peaks assurait la première partie. Leur performance était si solide que je me suis rué sur Statues, paru un peu plus tôt en 2016.

Cet album, leur premier, est solide. Progressif, très lourd et bien dosé. Je découvre quelque chose de nouveau chaque fois que je l’écoute. Ça torche, point final.